Maïs : optimiser les applications selon le stade de croissance

Les producteurs peuvent se servir des stades de croissance du plant de maïs pour appliquer efficacement les traitements de fongicides et d’herbicides. Mais attention, un hybride à maturité hâtive peut produire moins de feuilles et compléter les stades de croissance successifs plus rapidement qu’une variété à maturité tardive dont le développement est plus lent.

Il faut donc tenir compte de la variété de maïs semée en fonction du nombre de degrés-jours de croissance (DJC). Le DJC est le nombre de jours nécessaires pour qu’un plant de maïs atteigne sa pleine maturité physiologique. Il est important d’établir le stade de développement en fonction du nombre de DJC accumulé. Ce chiffre variera selon les hybrides.

Il y a 8 étapes de l’émergence de la radicule de la semence jusqu’aux premiers stades de développement (VE à V8). Le stade d’émergence (VE) peut être retardé de plusieurs semaines si les conditions sont fraîches ou sèches. Le maïs a besoin d’environ 200 DJC de la germination jusqu’à l’émergence et à l’établissement.

Aux fins d’exemple, les chiffres utilisés ici sont pour un hybride nécessitant 2700 DJC pour atteindre sa maturité. De l’apparition de la première feuille (V1) au stade V8 (huit collets, 11 feuilles son visibles), l’accumulation est de 610 DJC. C’est le début de la croissance rapide.

Des stades V10 à V17, toute pratique de régie susceptible de réduire le stress et de favoriser l’absorption des nutriments en quantités suffisantes peut aider à garantir le potentiel de rendement. C’est à cette étape que ce détermine le nombre potentiel de grains et la taille de l’épi. La pollinisation approche. Le plant ne doit manquer de rien pour espérer un maximum de rendement.

De la pollinisation V18, qui peut commencer après neuf ou dix semaines après l’émergence, à la sortie des panicules VT (sortie des croix) l’accumulation est de 1135 DJC. Les panicules apparaissent généralement deux à trois jours avant les soies (stade R1). Le pollen est libéré le matin ou le soir et tombe sur les soies pour féconder un ovule qui, lui, produira un grain. Un manque d’humidité à ce stade peut assécher les soies et nuire à la formation de grains.

Les stades R2 à R6 sont caractérisés par le remplissage du grain jusqu’à sa maturité. La migration des éléments nutritifs des structures végétatives vers les structures reproductives a commencé. Mais un gel avant la maturité (point noir) peut saboter le rendement final.

Le stade R2 (gonflement) débute 14 jours après l’apparition des soies, le grain est blanc et ressemble à une cloque. On est à 1660 DJC. Le stade R3 (laiteux) se produit 22 jours après l’apparition des soies. Et le stade pâteux, R4, apparaît 30 jours après l’apparition des soies. Le liquide s’épaissit avec la formation d’amidon dans le grain. On est à 1925 DJC.

Enfin le stade R5 (denté) survient 45 jours après l’apparition des soies et on cumule alors de 2190 à 2450 DJC. Le stade R6 voit la formation du point noir 65 jours après l’apparition des soies et on cumule 2700 DJC.

Bien comprendre toutes ces étapes en fonction des hybrides et des DJC peut permettre d’optimiser non seulement les applications de pesticides et de fongicides, mais celle des engrais azotés notamment.

 

Source : Delkab

 

 

à propos de l'auteur

La référence en nouvelles technologies agricoles au Québec.

Le Bulletin des agriculteurs

Fondé en 1918, Le Bulletin des agriculteurs traite des tendances, des innovations et des dernières avancées en matière de cultures, d’élevages et de machinisme agricole dans le but de faire prospérer les entreprises agricoles d’ici.  

Articles récents de Le Bulletin des agriculteurs

Commentaires