Majoration de l’aide à la relève agricole

Longueuil (Québec), 4 juillet 2003 – Accompagnée du président duconseil d’administration de La Financière agricole du Québec, M. LaurentPellerin, la ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation,Mme Françoise Gauthier, est heureuse d’annoncer une importante majoration de l’aide à l’établissement pour les personnes détenant un DEC agricole. Cette aide, rattachée à l’un des programmes de financement de La Financière agricole du Québec, passait ainsi, le 30 juin, de 30 000 $ à 40 000 $.

« L’annonce d’aujourd’hui me permet de réaffirmer la volonté du Partilibéral du Québec de prioriser la relève agricole et s’inscrit dans la visiondu gouvernement quant à sa volonté de développer des mesures incitatives pourfavoriser l’établissement des jeunes en agriculture. Nous ferons également ensorte que La Financière agricole du Québec continue son implication activedans le soutien et le développement de toutes initiatives reliées àl’établissement de jeunes en agriculture », explique la ministre.

Pour M. Laurent Pellerin, président du conseil d’administration de LaFinancière agricole, « la forte capitalisation exigée en agriculture rend deplus en plus difficile l’accès à la propriété agricole pour les jeunes. Cettemesure constitue un premier pas qui trace la voie à une révision des mesuresactuelles d’aide à l’établissement, lesquelles devraient faciliter l’accès àla propriété et permettre à un plus grand nombre de jeunes de s’établir enagriculture. »

Le gouvernement, par le biais de La Financière agricole, s’est d’ailleursassocié à la Fédération de la relève agricole et à l’UPA pour procéder à unexamen en profondeur des mesures d’aide à l’établissement, qui bénéficient,chaque année, à quelque 300 à 400 exploitations. Un comité de travail mixte aété mis sur pied à cet effet. De plus, des consultations auprès desagricultrices et agriculteurs ainsi que de la relève se tiendront cet automnesur le sujet. A l’hiver 2004, le comité mixte devrait proposer une refonte desmesures actuelles d’aide à l’établissement.

L’agriculture québécoise a beaucoup évolué au cours des dernières années.La forte capitalisation des entreprises agricoles, la diminution constante dunombre de fermes, les problèmes de transfert, les risques liés au démarraged’entreprises liées aux secteurs en émergence font que les solutions retenuesdevront favoriser le maintien du plus grand nombre de fermes à dimensionhumaine, propriétés de familles qui y travaillent et qui en assurent lagestion. « Notre objectif commun est de favoriser le maintien, le développementet l’accessibilité des entreprises agricoles du Québec », conclut la ministreGauthier.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

La Financière agricole du Québec
http://www.financiereagricole.qc.ca

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)
http://www.agr.gouv.qc.ca/

Union des producteurs agricoles (UPA)
http://www.upa.qc.ca/

Commentaires