Marché des grains: Le dollar américain plombe les céréales

La montée du dollar américain dans les derniers jours a eu un impact plutôt négatif sur les principaux grains transigés à Chicago. Avec un taux d’inflation qui démontre une économie américaine vigoureuse, le dollar s’est rapidement apprécié. En réaction, toutes les denrées vendues à l’international y ont perdu de leur degré d’attraction au détriment des denrées des pays où la devise est moins forte. Plusieurs courtiers ont aussi profité du long congé aux États-Unis avec le Memorial Day pour liquider leurs positions et encaisser un profit.

La température semble aussi plus clémente dans plusieurs régions des États-Unis. La pluie qui se déversait avec intensité dans le sud se déplace maintenant vers le Midwest. Rabobank a de plus révisé à la baisse ses projections de prix pour le blé pour les situer en deçà du prix actuel, ce qui a contribuer à faire reculer le blé.

Le maïs a pour sa part fléchi en raison des bonnes conditions qui prévalent dans les champs. Avec les semis presque entièrement en terre, plusieurs anticipent un rehaussement des prévisions du ministère américain de l’Agriculture puisque la saison des semis et les semaines suivantes se sont déroulées dans des conditions très favorables. Selon certaines estimations, 78% des champs seraient en bonnes ou excellentes conditions. Autre poids sur le prix du maïs, les analystes se penchent maintenant sur les récoltes de maïs au Brésil où les prévisions continuent de grimper.

Les conditions clémentes côté météo ont aussi pesé sur le soya puisque le temps sec devrait permettre de terminer les semis de soya. Près de 65% des semis seraient complétés d’ici le début de la semaine.

Les contrats à terme de juillet pour le blé ont terminé la semaine à 5,2300 $US. Le maïs a reculé à 3,6000 $US pour les contrats à terme de juillet. Les contrats à terme pour le soya ont également décliné pour terminer à 9,2425 $US.

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires