Martine Bourgeois, agricultrice de l’année

Le Gala Saturne soulignant le travail des agricultrices du Québec a été l’occasion de décerner plusieurs prix, samedi dernier à Lévis. Le titre d’agricultrice de l’année a été remis cette année à Martine Bourgeois de la Ferme Saint-Ours (Saint-Ours, Montérégie Est). Détentrice d’un diplôme en agronomie, Mme Bourgeois fait partie de la 6e génération à travailler sur la ferme familiale. Autrefois ferme laitière, l’entreprise s’est tournée vers la production d’œufs en 1993 avec l’arrivée de la relève, dont faisait partie Mme Bourgeois. Aujourd’hui, la Ferme Saint-Ours compte 180 000 poules en production sur différents sites de production (St-Ours, St-Charles sur Richelieu, St-Hugues et Ange Gardien).  Ce nombre inclut 60,000 poules en mode biologique, en plus de deux lots de 5000 poules Heirloom Ameraucana (œufs à coquille verte).

Articles connexes

Parmi les autres lauréates:

. Jeune agricultrice de l’année : Émilie Gaudreault (Saguenay-Lac-St-Jean)

. Agricultrice de passion, Sylvie Lacoste (Bas-St-Laurent)

. Agricultrice entrepreneure, Catherine Lefebvre (Montérégie Ouest)

. Agricultrices accomplies : Suzanne Demers (Centre-du-Québec) et Francine Ferland (Chaudière-Appalaches Ouest).

La remise du Prix Rosaline-Ledoux, décerné cette année à un article de la Terre de chez nous, a été l’occasion de souligner l’œuvre de Mme Ledoux,  journaliste chroniqueuse décédée en août dernier.

L’assemblée générale annuelle tenue plus tôt en journée a mené quant à elle à de nombreux changements pour les trente ans de fondation de l’organisme. À la suite d’une planification stratégique, la Fédération des agricultrices devient les Agricultrices du Québec. Sa mission sera « de valoriser toutes les femmes œuvrant en milieu agricole et forestier tout en soutenant le développement de leurs capacités entrepreneuriales individuelles et collectives en reconnaissant leur contribution économique ». La nouvelle dénomination s’accompagne d’un nouveau logo.

 

 

Une nouvelle présidente a également été élue pour un mandat de deux ans, à la suite du départ de Raymonde Plamondon, en poste depuis 2009. Il s’agit de Jeannine Messier, propriétaire de la ferme Équinoxe à Saint-Pie. Mme Messier souhaite donner le goût de la mobilisation aux femmes et accroître et faciliter l’accès à la propriété.

 

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires