« Mettez le Québec dans votre assiette! » : une annonce recyclée du ministre Lessard

St-Isidore (Québec), 6 juin 2008 – De passage au Réseau Encans Québec de St-Isidore, le chef de l’opposition officielle, M. Mario Dumont, s’est indigné de voir le ministre Lessard recycler une vieille annonce de campagne publicitaire de 2007 pendant que la moitié de la production bovine québécoise quitte le Québec pour les Etats-Unis. « Je suis venu rencontrer desproducteurs bovins en colère alors que leur boeuf doit être vendu auxEtats-Unis faute d’abattoirs ici au Québec. De la viande qui devrait être surnos tablettes comme produit québécois nous revient “made in USA” dans nosassiettes. Est-ce que c’est ça la politique d’achat local du gouvernement? »

Accompagné du député de Beauce-Nord, M. Janvier Grondin, et duporte-parole de l’opposition officielle en matière d’agriculture, M. Albert DeMartin, Mario Dumont a affirmé qu’une vraie politique d’achat local, c’est unestratégie commune avec nos producteurs et transformateurs pour qu’ils puissenttransformer et abattre leur boeuf ici, au Québec. La fermeture, en 2007, duseul abattoir de bouvillons en importance au Québec a eu pour effet d’envoyer51% de la production de bouvillons d’abattage aux Etats-Unis et 46% desbouvillons dans des usines canadiennes laissant ainsi un maigre 3% d’abattagede bouvillons aux petites entreprises québécoises. « Nous devons faire en sorteque notre viande québécoise reste québécoise. Ce n’est pas une campagne depublicité orchestrée par une firme ontarienne qui va changer ça. Ca prend unministre de l’Agriculture qui se préoccupe plus des produits de chez nous quede l’image de son gouvernement »

« Il est temps que le gouvernement arrête les campagnes d’images etcommence à s’occuper de nos producteurs », a fait remarquer le chef del’opposition officielle. « Nous avons des producteurs motivés et dévoués pourmettre dans nos assiettes des produits de qualité. Ils se retrouventmalheureusement obligés de vendre leurs bêtes à l’étranger où les normessanitaires sont moindres que celles exigées au Québec et où il n’est pluspossible de retracer leur produit. Où est le ministre quand il est temps dedéfendre vraiment nos produits québécois? C’est une vraie politique d’achatchez nous dont le Québec a besoin et non d’un ministre sans leadership qui secontente de nous inviter à faire ce qu’il dit, pas ce qu’il fait. »

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Action démocratique du Québec (ADQ)
http://www.adq.qc.ca/

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)
http://www.mapaq.gouv.qc.ca

Commentaires