Mise en place de programmes complémentaires de protection du revenu

Québec (Québec), 29 octobre 2004 – La Financière agricole du Québec innove en offrant, aux secteurs de production agricole, la possibilité de mettre en place des programmes complémentaires de protection du revenu. Ceux-cipermettront à ces secteurs de bénéficier d’une protection du revenuadditionnelle aux programmes déjà en place et favoriseront aussi une gestionactive du développement par ces secteurs.

En effet, dans le cas où les risques d’un secteur de production neseraient pas suffisamment couverts par le programme universel de protection durevenu, le PCSRA, et dans le respect des disponibilités budgétaires de sonenveloppe globale, La Financière agricole pourra mettre en place desprogrammes complémentaires s’il est démontré qu’un secteur de production :

  • se caractérise par un risque historique et mesurable de façon objective;
  • affiche une mise en marché ordonnée et efficace;
  • est organisé de manière à obtenir un prix optimal sur le marché.

Les demandes d’accès aux programmes complémentaires préparées par lesassociations représentant ces secteurs devront comporter deux sections : uneanalyse sectorielle et un projet de programme. Toutes les informationsnécessaires à la présentation d’une demande par une association sontregroupées dans le Manuel à l’intention des associations de producteurs etproductrices agricoles. Celui-ci peut être consulté dès aujourd’hui sur lesite de La Financière agricole. La date limite pour présenter une demande estle 31 décembre de chaque année.

Un comité d’examen formé de représentants et représentantes de LaFinancière agricole, du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et del’Alimentation (MAPAQ) et de l’Union des producteurs agricoles (UPA) étudierales demandes. Les programmes complémentaires autorisés seront adoptés pour unepériode de cinq ans et pourront être reconduits.

« En innovant ainsi, La Financière agricole est fière d’offrir lapossibilité aux associations de présenter une demande d’accès et, ainsi, denous proposer un projet de programme complémentaire de protection du revenuqu’elles auront elles-mêmes élaboré pour répondre à leurs besoins », amentionné M. Norman Johnston, président-directeur général par intérim de LaFinancière agricole.

Avec un encours de prêts garantis qui atteint 4,3 milliards de dollars etdes valeurs assurées qui s’élèvent à 4 milliards, La Financière agricole joueun rôle de premier plan dans le développement du secteur agricole etagroalimentaire québécois. Pour assurer la stabilité économique et financièredes entreprises, elle met à leur disposition des produits et des services dequalité en matière de protection du revenu et d’assurance agricole,d’investissement, ainsi que de financement agricole et forestier. Pour cefaire, elle compte sur une équipe multidisciplinaire qui oeuvre dans un réseaude 23 centres et 18 comptoirs de services répartis partout sur le territoirequébécois.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

La Financière agricole du Québec
http://www.financiereagricole.qc.ca

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)
http://www.agr.gouv.qc.ca/

Union des producteurs agricoles (UPA)
http://www.upa.qc.ca/

Commentaires