Neuf personnalités honorées au Bal des moissons

Victoriaville (Québec), 18 novembre 2006 – C’est le 18 novembre, au Colisée Desjardins de Victoriaville, que les noms des gagnantes et des gagnants du Bal des moissons 2006 ont été dévoilés. En tout, 22 candidates et candidats étaient en lice pour récolter les honneurs dans l’une ou l’autre des 7 catégories.

« Avec 3 413 entreprises générant 7 400 emplois et des recettes de 640 millions de dollars, l’agriculture et l’agroalimentaire représentent un levier important de l’économie et du développement de la région du Centre-du-Québec. En regardant la brochette des sept candidats de la catégorie « Jeunes », je suis encore plus confiant pour l’avenir du secteur dans la région! », a mentionné M. Claude Bachand, député d’Arthabaska, qui était présent à cet événement.

« Ce soir, nous soulignons les réalisations d’entreprises agricoles et agroalimentaires de la région qui se distinguent par leur leadership et leur effet d’entraînement », a affirmé M. Daniel Smith, président du Conseil régional des sociétés d’agriculture.

Les membres du jury ont profité de la soirée pour mentionner qu’ils avaient été fort impressionnés par la qualité des candidatures. « Nous invitons celles et ceux qui n’ont pas gagné ce soir à se présenter de nouveau dans quelques années, lorsque leur entreprise aura mûri. Chacun d’entre vous a un potentiel exceptionnel », a tenu à préciser Mme Francine Ferland, présidente du jury.

Sous la présidence d’honneur de M. Gabriel Éthier, vice-président au développement des affaires Desjardins du Centre-du-Québec, le Bal des moissons était organisé conjointement par le Conseil régional des sociétés d’agriculture du Centre-du-Québec (CRSA), le Mouvement Desjardins et le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation.

Voici donc les gagnantes et gagnants du 31e Bal des moissons :

CATÉGORIE « JEUNES » : Jean-Louis Martineau, de Villeroy
Dès son jeune âge, Jean-Louis Martineau s’amusait à construire la ferme de ses rêves. À 19 ans, il participait déjà aux expositions et achetait des bêtes de qualité. Gage de réussite d’un transfert harmonieux, la complicité entre Jean-Louis Martineau et ses parents a toujours été omniprésente. Il a établi des bases solides afin de prendre la relève de la ferme familiale et de la modeler à son image. Avant-gardiste, il a effectué le retrait des animaux des cours d’eau bien avant la venue des programmes agricoles. Visionnaire, il a mis en application graduellement le concept de l’agriculture biologique dans le but d’obtenir une certification « lait bio ». Jean-Louis Martineau a fait de l’agriculture un mode de vie dynamique et valorisant pour toute la famille.

CATÉGORIE « CHEF DE FILE » : Damien Lemire, de Notre-Dame-du-Bon-Conseil
Homme de coeur et d’action, Damien Lemire s’est investi dans plusieurs sphères du domaine agricole. Son engagement a contribué à l’avancement de l’agriculture régionale et à l’amélioration des rendements des producteurs. Il a notamment assuré la présidence de plusieurs organismes agricoles. Depuis 2001, il est le président de la Coop des Bois-Francs. Il siège au conseil d’administration de La Coop fédérée depuis 2006. En outre, pendant plus de 22 ans, Damien Lemire a été producteur laitier. Avec le soutien et la participation de sa famille, il a su bâtir une entreprise agricole dont les pratiques agricoles sont respectueuses de l’environnement. Il se consacre aujourd’hui aux grandes cultures.

CATÉGORIE « SERVICES » : Robert Leclair, de Saint-Rémi-de-Tingwick
Depuis 28 ans, Robert Leclair est conseiller en production laitière chez Valacta. Soucieux de transmettre une information de pointe à sa clientèle, il considère la formation continue comme un aspect important de son travail. Ce conseiller dévoué axe ses interventions sur l’amélioration du rendement des troupeaux, le contrôle des coûts de production et la formation de ses clients. Il est également très engagé à l’égard des éleveurs de moutons, et ce, autant dans l’organisation d’activités que dans la participation à des expositions agricoles où il a du reste remporté plusieurs prix. S’intéressant à la relève, il contribue à la formation des élèves du cégep de Victoriaville et des jeunes éleveurs de moutons.

CATÉGORIE « TRANSFORMATION OU MISE EN MARCHÉ » : Agrilait Coopérative agricole, de Saint-Guillaume
Fabriquant du fromage depuis 65 ans, la coopérative Agrilait est bien implantée dans son milieu. Elle acquiert de plus en plus des lettres de noblesse au Québec par l’entremise des Fromages Saint-Guillaume, et ce, grâce à la nouvelle orientation qu’elle s’est donnée récemment. En effet, alors que son produit avait toujours été vendu en gros format, l’entreprise ne parvenait pas à lier son nom à l’excellence de son produit. La coopérative a donc mis au point une stratégie pour faire connaître Agrilait aux principales chaînes et pour associer ses produits au nom de Fromages Saint-Guillaume. L’entreprise souhaite ainsi fidéliser sa clientèle. La devise qu’elle s’est donnée est : « Essayer un fromage Saint-Guillaume, c’est l’adopter ».

CATÉGORIE « TRAVAILLEURS ET TRAVAILLEUSES AGRICOLES » : Mario Lemire, de Baie-du-Febvre
Mario Lemire est travailleur agricole depuis 13 ans pour la Ferme Exploit. Il y consacre toujours autant de passion et d’énergie. Riche de ses expériences et fier de ses réalisations, Mario Lemire sait rendre son entourage heureux. Il fait partie de ces hommes faciles à diriger, de ces travailleurs qu’on aime côtoyer et de ces bâtisseurs agricoles passionnés par leur métier. Par son engagement, cet homme a démontré au quotidien une fidélité et un respect dignes de mention. Il demeure un employé modèle sur qui il est bon de s’appuyer et un homme de famille irréprochable. Bras droit du propriétaire, Mario Lemire est forcément responsable d’une partie du succès de l’entreprise.

CATÉGORIE « PRATIQUES AGRICOLES » : Ferme Kramer inc. (Hedi et Hanspeter Kramer), de Saint-Valère
La Ferme Kramer est un modèle en matière d’entreprise à dimension humaine. Respectueux de l’environnement, les propriétaires Hedi et Hanspeter Kramer jouissent d’une qualité de vie et de travail exceptionnelle grâce à la rationalité de leurs investissements ainsi qu’à l’efficacité et à la productivité élevées de leur entreprise. Ils adorent le mode de vie qu’ils ont choisi et qui leur permet d’arriver à un équilibre entre le travail et la famille. Ils communiquent cette passion de l’agriculture respectueuse des ressources et de l’environnement à leurs deux fils, ce qui facilitera sans aucun doute le transfert de leur entreprise et assurera ainsi la pérennité de l’agriculture québécoise.

CATÉGORIE « PRATIQUES AGROENVIRONNEMENTALES » : Ferme Amiénoise (Philippe Gras), de Grand-Saint-Esprit
Située à Grand-Saint-Esprit, la Ferme Amiénoise est une entreprise de grandes cultures. Philippe Gras y cultive du blé de semence, du maïs-grain, du soya et des haricots secs sur 288 hectares. Producteur avant-gardiste, ambassadeur régional et provincial du semis direct, il cultive la majorité de ses terres selon cette méthode. Les pratiques agricoles respectueuses de l’environnement sont nombreuses à la Ferme Amiénoise. Ainsi, tout en protégeant les bandes riveraines, Philippe Gras a muni ses champs d’avaloirs et a aménagé une risberme. Membre actif du club Yamasol, il fait progresser son exploitation vers une agriculture saine et durable. Passionné de l’agriculture, Philippe Gras a comme objectif la rentabilité de l’entreprise et le respect de l’environnement, tout en privilégiant le temps consacré à sa famille et aux activités de son milieu.

MENTION « AIDE À LA FORMATION AGRICOLE DE LA RELÈVE » : Thérèse Tessier et Gilles Morin, de Saint-Célestin
Thérèse Tessier et Gilles Morin sont producteurs laitiers depuis plus de 30 ans. Pour eux, les valeurs liées à l’agriculture forment un cadre idéal pour la vie familiale. C’est donc sur ces bases qu’ils ont fondé leur famille. Très tôt, ils transmettent leur passion de l’agriculture à leurs enfants Isabelle, Jean-François et Véronique qui, aujourd’hui, travaillent tous dans le milieu agricole. En 2003, ils ont amorcé le processus de transfert de leur entreprise. Leur fils Jean-François en est maintenant copropriétaire. Thérèse Tessier et Gilles Morin n’hésitent pas à soutenir et à encourager d’autres jeunes intéressés par l’agriculture. L’aide à la relève est beaucoup plus qu’un souhait dans cette famille qui participe activement à la formation de stagiaires.

Soulignons enfin que la mention « Coup de coeur » a été décernée par le CRSA à Mme Carmen Ducharme, de Lefebvre qui, par ses actions, contribue au développement de l’agriculture dans la région.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Desjardins
http://www.desjardins.com

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)
http://www.mapaq.gouv.qc.ca

Commentaires