OGM: Greenpeace vise le quartier général du PLQ

Montréal (Québec), 28 mars 2007 – Greenpeace a livré cinq tonnes de mais devant les bureaux du Parti Libéral du Québec, à Montréal, afin d’exiger l’étiquetage obligatoire des OGM ou organismes génétiquement modifiés.

« Greenpeace sonne la fin de la récréation électorale », lance Eric Darier,responsable de la campagne OGM de Greenpeace. « Il faut rappeler que, malgréles promesses brisées de 2003 et la campagne électorale, les consommateurs etconsommatrices attendent toujours l’étiquetage obligatoire des OGM. Ce n’estpas en éludant la question des OGM comme il l’a fait durant la campagneélectorale et en refusant de s’engager clairement (1) en faveur del’étiquetage que Jean Charest fera oublier les OGM. Les sondages indiquent queles québécois et québécois sont très majoritairement unis (79 % à 95 % selonle cas) dans leur volonté d’obtenir l’étiquetage obligatoire des OGM et ledroit de choisir (2) ».

Greenpeace a choisi de viser les bureaux du PLQ principalement parce quece parti formera le prochain gouvernement du Québec. « Ce parti est la seuleformation politique à pouvoir agir et imposer enfin l’étiquetage obligatoiredes OGM tant réclamée par les Québécois et Québécoises », estime Eric Darier.

« En livrant ces 5 tonnes de mais, nous demandons au nouveau gouvernement denous dire si ce mais contient des OGM autorisés au Canada. Et lesquels ? Lemais OGM Monsanto863 est-il l’un deux, lui dont une étude récente démontraitles effets potentiellement dangereux pour la santé ? (3) ».

Greenpeace a publié le dimanche 17 mars, une étude économique sur les OGMque le gouvernement libéral a cachée à la population après l’avoir promisependant plusieurs mois. Cette étude, reçue en octobre 2006 par le gouvernementmais jamais publiée depuis, établit les coûts de l’étiquetage obligatoire desOGM et confirme que les coûts ne seraient pas aussi élevés que ce quel’industrie a toujours prétendue (4). Greenpeace et d’autres groupes ont faitune analyse de cette étude et ont suggéré des solutions concrêtes pourfinancer ces coûts hypothétiques s’ils se matérialisaient. Le nouveaugouvernement doit bouger sur ce dossier » conclut Eric Darier.

« Le Québec peut faire preuve de leadership dans le dossier del’étiquetage obligatoire des OGM » déclare Josh Brandon, responsable de lacampagne OGM pour Greenpeace à Vancouver. « Il existe un très fort appui del’opinion publique à l’exterieur du Québec en faveur de l’étiquetageobligatoire des OGM dont notamment en Colombie Britannique. (5). En allant del’avant avec l’étiquetage des OGM, le Québec enclencherait les conditionsgagnantes pour l’étiquetage des OGM ailleurs au Canada et même auxEtats-Unis. » constate Josh Brandon.

Greenpeace invite les gens à se mobiliser et à contacter le nouveaupremier ministre du Québec en passant par le site internet de Geenpeace

Notes :
(1) Voir les réponses des partis sur les OGM à : http://action.greenpeace.ca/elections07/resultats.php?mode=question&q=6
(2) voir sondages en bas de la page : www.greenpeace.org/canada/fr/campagnes/ogm/solutions/l-etiquetage
(3) Voir les détails à : www.greenpeace.org/canada/fr/actualites/premiere-scientifique-une-et
(4) www.greenpeace.org/canada/fr/actualites/etude-cachee-quebecois
(5) www.greenpeace.org/canada/fr/presse/communiques/cb-electeurs-appuient-etiquetage

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Greenpeace Canada
http://www.greenpeacecanada.org/

Parti libéral du Québec
http://www.plq.org/

Commentaires