OMC : Lamy réclame un compromis rapide à 2 mois de la conférence de Hong Kong

Genève (Suiss), 13 octobre 2005 – Les 148 pays membres de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) doivent conclure rapidement un compromis agricole pour relancer leurs négociations sur la baisse des barrières douanières dans le monde, a réclamé jeudi Pascal Lamy, le directeur général de l’institution.

Les pays membres n’ont plus que deux mois avant leur conférence ministérielle de Hong Kong (13-18 décembre), qui doit boucler les deux tiers du cycle de négociations lancé à Doha il y a quatre ans.

« Les moteurs de la négociation sont à nouveau en route », s’est félicité M. Lamy au terme de quatre journées d’intenses discussions au plus haut niveau. « Mais il n’est pas garanti que les moteurs pourront faire décoller l’avion à l’altitude requise pour s’approcher de Hong Kong », a-t-il lancé aux pays membres réunis en séance plénière au siège de l’organisation à Genève.

Les discussions des derniers jours ont vu les pays membres entrer dans le vif du sujet en discutant chiffres à l’appui, comme ils ne l’avaient jamais fait depuis le lancement du cycle dans la capitale du Qatar en 2001.

Les ministres du « Club des cinq » (Australie, Brésil, Etats-Unis, Inde, Union européenne), qui se sont séparés mercredi, ont convenu de se revoir mercredi et jeudi prochains à Genève pour tenter de parvenir à un compromis après plusieurs jours de tractations.

Le représentant américain pour le Commerce, Rob Portman, a repris l’initiative lundi en proposant une baisse très attendue de 60% des aides aux agriculteurs américains. Mais ce geste a été jugé insuffisant par les pays en développement qui accusent les subventions du Nord de pénaliser les paysans du Sud.

En contrepartie, les Etats-Unis ont réclamé une baisse de 80% des aides versées aux agriculteurs japonais et européens. Tokyo a rejeté cette offre, tandis que Bruxelles ne veut pas aller au-delà d’une réduction de 70%.

Washington attend surtout de ses partenaires des pays développés qu’ils réduisent leurs droits de douane sur les produits agricoles de 55% à 90% (les droits les plus élevés devant faire l’objet des réductions les plus fortes). L’écart est béant avec la proposition de Bruxelles, qui se limite à une baisse comprise entre 20% et 50%.

M. Lamy a aussi souligné qu’un compromis sur les questions agricoles devrait intervenir bien avant Hong Kong (13-18 décembre), afin de laisser le temps au secrétariat de l’OMC de préparer pour la mi-novembre un projet de texte final.

Selon le ministre indien, une réunion du « G4 » (Brésil, Inde, USA, UE) est prévue à Genève le 7 novembre, suivie le lendemain d’une mini-conférence ministérielle à laquelle pourront participer tous les pays qui le souhaitent.

Une réunion des négociateurs en chef du G4, qui aurait dû durer jusqu’à vendredi, s’est achevée au bout d’une heure jeudi après-midi à Genève après qu’Américains, Australiens et Brésiliens eurent refusé de discuter des autres sujets de la négociation (produits industriels et services), a-t-on appris de source diplomatique.

Ces trois pays ont exigé que l’UE s’engage au préalable sur une ouverture accrue de son marché aux importations agricoles.

Les négociations en cours continuent à semer la zizanie en Europe. Le président français Jacques Chirac a demandé dans une lettre au président de la Commission européenne José Manuel Durao Barroso « une réorientation de la négociation » commerciale.

La France a demandé un réunion spéciale des 25 sur le sujet pour la semaine prochaine.

Source : AFP

Commentaires