OMC: tous les pays doivent faire preuve de souplesse, selon le FMI

Paris (France), 9 décembre 2005 – Le chef économiste du Fonds monétaire international Raghuram Rajan a appelé tous les pays de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) à faire preuve « de souplesse » pour parvenir à un accord sur la libéralisation des échanges, à quelques jours d’une réunion à Hong Kong.

« Ce dont nous avons besoin, c’est que tout le monde fasse preuve de souplesse », a dit Raghuram Rajan, lors d’une rencontre avec quelques journalistes à Paris, alors que les négociations sont toujours bloquées par une querelle autour des subventions à l’agriculture.

« Ce serait une occasion manquée » si la conférence ministérielle en Chine n’aboutissait à aucun accord, a-t-il ajouté.

« Ce dont nous avons besoin c’est de davantage de négociations et de moins de prises de position », a déclaré M. Rajan.

A son avis, « les pays en développement sous-estiment les bénéfices qu’ils pourraient retirer d’un accord » leur donnant un meilleur accès aux marchés des pays riches et également d’une augmentation du commerce entre pays en développement.

D’un autre côté, les pays développés « sous-estiment les bénéfices qu’ils retireraient » d’un meilleur accès aux marchés « de services et marchandises » des pays en développement, a-t-il affirmé.

L’économiste en chef du FMI a reconnu que le cas des pays les plus pauvres posait un problème car un abaissement des tarifs douaniers agricoles des pays développés se traduirait par une érosion des droits préférentiels dont ils jouissent avec eux à l’heure actuelle, et donc par une baisse éventuelle de leurs exportations.

« Mais ce n’est pas une raison pour stopper l’ensemble du cycle de négociation » en cours, baptisé cycle de Doha, du nom de la capitale du Qatar où il fut lancé en 2001. A ses yeux, des mécanismes de compensation pour des pays très pauvres peuvent être imaginés.

Source : AFP

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Fonds monétaire international (FMI)
http://www.imf.org/

Commentaires