Ordre des agronomes du Québec : Exercice financier 2020-2021

Inspection professionnelle : un bilan positif !

L’Ordre des agronomes du Québec présente un bilan positif de ses activités d’inspection professionnelle pour l’exercice financier 2020-2021. Pas moins de 250 inspections ont été effectuées dans le cadre du Programme de surveillance général pour lequel neuf inspecteurs ont pris part à la campagne d’inspection, couvrant ainsi les champs de l’agroenvironnement, la régie de production animale, l’économie, la gestion et le financement agricoles, et la phytoprotection.

Phytoprotection
En ce qui concerne plus particulièrement la phytoprotection, le présent exercice financier atteint la quatrième année d'inspection en vertu de l'entente signée par le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques et l'Ordre, en février 2018, à la suite de l’entrée en vigueur du Règlement modifiant le Code de gestion des pesticides. Ainsi, 64 agronomes ont été inspectés, ce qui représente 52 inspections régulières, 9 inspections particulières et 3 suivis de dossiers. S’ajoutent 2 auditions devant le comité d’inspection professionnelle. À ce jour, 183 inspections ont été menées auprès membres de l’Ordre oeuvrant en phytoprotection depuis la signature de l’entente.

Des améliorations
Si des lacunes ont été observées concernant, entre autres, le volet règlementaire, la sous-utilisation ou l’interprétation erronée des outils de l’Ordre définissant les règles de l’art de la pratique en phytoprotection, ou encore l’absence ou la limitation des informations données verbalement aux clients sur le suivi notamment, de l’efficacité des interventions phytosanitaires, des correctifs ont été apportés à la suite des inspections.

Parmi les améliorations observées, on remarque une augmentation de la conformité de l’ensemble de la pratique agronomique des agronomes inspectés (conformité de 71 % en 2020 comparativement à 61 % en 2019). De plus, la prise en compte des indices de risques liés à l’environnement, à la santé et la sensibilisation accrue auprès des producteurs sont maintenant intégrés dans la pratique d’une grande majorité d’agronomes en plus d’être consignés dans leurs dossiers.

Déclaration d’intérêts de l’agronome
Par ailleurs, l’Ordre rappelle qu’il a mandaté à l’été 2018 un Comité sur l’indépendance professionnelle, lequel a émis 17 recommandations, en plus de multiplier les rencontres d’information concernant l’entrée en vigueur de nouvelles exigences le 1er avril dernier. Parmi ses exigences se trouve l’obligation qu’une déclaration d’intérêts de l’agronome soit incluse dans le mandat professionnel conclut avec chaque client. Cette déclaration doit permettre au client de comprendre et d’accepter les modalités de la rémunération de l’agronome.

Ainsi, au 31 mars 2021, tous les agronomes ont déclaré leurs intérêts lors du renouvellement de leur adhésion. Cette nouvelle exigence permet à l’Ordre des agronomes du Québec d’être en cohérence avec son Code de déontologie en ce qui a trait, notamment, au mode de rémunération sous forme de ristourne, de commissions liées à la vente.

Dans un souci de transparence et de protection du public, l’Ordre continuera de mettre en place d’autres initiatives pour s’assurer de sa mission. Surveillez la sortie du Rapport annuel 2020-2021 au cours des prochaines semaines pour connaître l’ensemble des activités.

à propos de l'auteur

Articles récents de Voie de communiqué

Commentaires