Pascal Lamy n’a pas “de baguette magique” pour relancer l’OMC

Genève (Suisse), 1er septembre 2005 – Le nouveau directeur général de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), Pascal Lamy, a averti qu’il n’a pas de « baguette magique » pour relancer les négociations sur la libéralisation des échanges, à 100 jours d’une importante conférence de l’institution à Hong Kong.

« J’ai bien conscience du fait qu’il y a du pain sur la planche, beaucoup de pain sur la planche », a déclaré à la presse le premier patron français de l’OMC, en prenant officiellement ses fonctions au siège genevois de l’organisation.

« La priorité qui est la préparation de Hong Kong va me demander énormément de travail. Je suis assez décidé à m’y mettre, tout en sachant que j’ai pas de baguette magique », a poursuivi l’ancien commissaire européen au Commerce, très attendu par les 148 pays membres de l’OMC pour relancer le cycle de négociations entamé à Doha (Qatar) en 2001.

La conférence ministérielle de Hong Kong (13 au 18 décembre) doit donner son architecture finale au cycle de Doha, qui aurait déjà dû être conclu à la fin de l’an dernier. Mais les discussions buttent sur une rivalité Nord-Sud à propos de l’agriculture.

« Le directeur général de l’OMC n’est pas une espèce de deus ex-machina qui pourra faire des miracles », a-t-il ajouté. « Les décisions ici se prennent selon la volonté des membres: nous pouvons catalyser, être médiateurs et parfois diriger, mais au bout du compte ce sont eux qui décident ».

M. Lamy, 58 ans, remplace le Thaïlandais Supachai Panitchpakdi pour un mandat de quatre ans. Il a été désigné en mai dernier au terme d’une sélection qu’il l’a opposé à trois candidats de pays en développement (Brésil, Ile Maurice, Uruguay).

Précédé d’une réputation de travailleur acharné, M. Lamy a en fait pris possession de son bureau mardi avec deux jours d’avance sur la date officielle. Une passation de pouvoir avec M. Supachai avait eu lieu fin juillet, avant la pause estivale de l’OMC.

Source : AFP

Commentaires