Pêche à la crevette : les mesures sont insuffisantes et inefficaces

Québec (Québec), 4 avril 2006 – Le député des-Îles-de-la-Madeleine etporte-parole de l’opposition officielle en matière d’agriculture, de pêcherieset d’alimentation, Maxime Arseneau, doute que les mesures annoncées à l’industrie de la crevette la semaine dernière par les gouvernements québécois et fédéral soient suffisantes pour assurer la réouverture de la saison de pêche.

« Il n’est pas question de s’immiscer dans les négociations en cours dansla cadre du plan conjoint sur la crevette, mais il est clair que les pêcheurssont déçus par les annonces gouvernementales et que ces mesures ne permettrontpas de rentabiliser les opérations de pêche», a expliqué M. Arseneau. À sonavis, le ministre Yvon Vallières doit retourner à sa table de travail etidentifier de nouvelles propositions avec son homologue fédéral quipermettront de dénouer véritablement l’impasse dans laquelle se trouve plongerl’industrie de la crevette.

Pour sa part, le député de Gaspé, Guy Lelièvre, partage les inquiétudesde son collègue député des Îles-de-la-Madeleine. «Tout doit être mis en oeuvrepour soutenir l’industrie de la crevette qui traverse une crise difficile. Legouvernement du Québec doit réaliser que les mesures sont trop timides», alancé M. Lelièvre. Par exemple, l’allègement des prêts maritimes ne constitueen rien une mesure structurante. « Je rappelle que cette crise touche descentaines de travailleurs et de pêcheurs qui sont inquiets pour leur avenir.La ministre responsable de la région, Nathalie Normandeau, devrait sortir deson mutisme et assumer enfin ses responsabilités pour que de vraies solutionssoient proposées à l’industrie de la crevette », a poursuivi le député deGaspé.

Maxime Arseneau considère que les mesures annoncées par le gouvernementfédéral ne répondent pas à l’urgence de la situation et mettent le couteausous la gorge des pêcheurs québécois. Il rappelle que le ministre Vallièresespérait, la semaine dernière, que le gouvernement canadien réduise les coûtsdes permis de pêche aux crevettiers et abolisse la taxe d’accise sur lecarburant. Or, ces mesures n’ont pas été retenues. « On s’attendait à mieuxd’un gouvernement qui dit vouloir pratiquer un fédéralisme d’ouverture. Leministre Vallières devrait commencer à comprendre que le Québec ne tirerajamais d’avantages d’un ministre des Pêches originaire de Terre-Neuve », aconclu le député des Îles-de-la-Madeleine.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Parti québécois
http://partiquebecois.org/

Commentaires