Plantation de plus de 13 000 arbres et arbustes « brise-odeur »

Saint-Roch-de-l’Achigan (Québec), 17 mai 2004 – Le 17 mai a eu lieu le lancement d’un important projet de plantation de haies « brise-odeur ». En tout, plus de 13 000 arbres et arbustes seront plantés ce printemps. Ce projet de développement durable regroupe près d’une quinzaine de partenaires. Ces plantations massives auront pour effet de diminuer les odeurs engendrées par l’activité porcine avoisinante, de favoriser des pratiques favorables à l’environnement, de permettre aux producteurs de réduire leurs coûts de chauffage et de climatisation et ainsi d’améliorer un milieu de vie.

Un premier volet du projet prévoit la plantation de près de 2 000 arbres et arbustes autour de trois fermes de production porcine. Ces entreprises sont la Ferme Daniel Lussier, où a eu lieu le lancement aujourd’hui, et la Ferme Réal Henri situées à Saint-Roch-de-l’Achigan ainsi que la Ferme porcine Saint-Roch à Saint-Roch-Ouest. Le second volet prévoit la plantation de 11 000 arbres et arbustes de chaque côté de l’autoroute 25 et le long des voies d’accès et de sortie de l’autoroute dans ce secteur. Une partie de ces arbres, soit 8 400, serviront à reboiser sept polygones d’une superficie de 4,33 hectares situés dans les voies d’accès et de sortie.

Une action concertée
Ce projet de plantation de haies « brise-odeur » répond à un besoin manifesté depuis fort longtemps par plusieurs acteurs du milieu socio-économique. Sa réalisation est le fruit d’un effort de concertation de nombreux intervenants. La contribution financière totale des différents partenaires est estimée à plus de 45 000 $.

Mentionnons d’abord la Société d’aide au développement de la collectivité Achigan-Montcalm qui a soutenu depuis les débuts les actions de concertation, qui a élaboré le montage financier et qui assumera un éventuel dépassement des coûts du projet. La municipalité régionale de comté de Montcalm a financé une bonne partie du projet par les fonds qu’elle a accordés dans le cadre du Pacte rural.

Le ministère de l’Emploi, de la Solidarité sociale et de la Famille et le Carrefour jeunesse-emploi (CJE) de Montcalm ont aussi appuyé le projet afin que plusieurs jeunes de la région puissent acquérir une expérience pratique de travail en plantant des arbres. Deux intervenants du CJE de Montcalm encadrent les jeunes sur le plan personnel. Ce soutien psychosocial a débuté avant le projet et se poursuivra par la suite.

En ce qui concerne le volet agricole, soulignons la collaboration des trois entreprises de production porcine, de la Fédération des producteurs de porcs du Québec, du Syndicat des producteurs de porcs de Lanaudière et de la Coopérative de gestion des engrais organiques de Lanaudière. De plus, la Fédération de l’Union des producteurs agricoles de Lanaudière a libéré deux agents en agroenvironnement pour former les jeunes sur l’aspect technique et superviser la plantation des haies. Le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation soutient pour sa part la mise en place de pratiques environnementales durables au moyen de son programme d’aide financière Prime-Vert et de ses conseils techniques,.

Enfin, mentionnons que l’ensemble du projet n’aurait pu prendre forme sans la participation du ministère des Transports, qui a autorisé la plantation sur ses emprises le long de l’autoroute 25, et du ministère des Ressources naturelles, de la Faune et des Parcs, qui a fourni la totalité des arbres et arbustes.

Des jeunes en action pour un développement social
En plus d’acquérir des habiletés professionnelles par ce projet de reboisement, les jeunes sont encadrés par un programme de préparation à l’emploi qui leur permet de s’enrichir sur le plan personnel et social. L’objectif visé est de les amener à découvrir leurs compétences et à les exploiter. La plantation d’arbres devient alors une expérience de travail qui permettra d’observer leurs comportements en situation réelle d’emploi en vue de leur faire les recommandations nécessaires.

Un exemple à suivre
La plantation de haies « brise-odeur » est un bel exemple d’amélioration de la qualité de vie en milieu rural. Ensemble, tous les partenaires encouragent et réalisent des actions visant à améliorer la cohabitation en milieu rural et à favoriser un développement durable.

Commentaires