Plusieurs des priorités énonçées dans le discours du Trône concernent le secteur agricole

Ottawa (Ontario), 31 janvier 2001 – « Hier, lors de la lecture du discours du Trône, le gouvernement a reconnu qu’il avait la responsabilité à court et à long terme de reconstruire le secteur agricole canadien », de déclarer un porte-parole de la Fédération canadienne de l’agriculture (FCA).

Les problèmes propres au secteur agricole figurent au nombre des priorités, comme l’environnement, la salubrité des aliments et le développement rural. Les producteurs canadiens du secteur alimentaire attendent avec impatience les mesures de soutien que la Gouverneure générale, Mme Adrienne Clarkson, a mentionné dans son discours ouvrant la première session de la 37e législature du Canada.

« Les membres de la Fédération canadienne de l’agriculture sont dans une situation désespérée depuis quelque temps. Le gouvernement doit venir en aide aux agriculteurs immédiatement ou dès ce printemps, nous verrons d’autres exploitations agricoles disparaître. Les problèmes sont complexes et nécessitent des solutions adaptées. Par exemple, certains producteurs de céréales et d’oléagineux n’ont pas même les moyens d’acheter des graines et les producteurs de pommes de terre, de l’Île-du-Prince-Édouard, doivent faire face à des mesures de harcèlement commercial », de commenter le président de la FCA, M. Bob Friesen.

«Le gouvernement appuiera le secteur agricole pour qu’il aille au-delà de la simple gestion de crise», a déclaré la Gouverneure générale, Mme Adrienne Clarkson. «Les organismes agricoles ont pris cette promesse au sérieux et continueront à exercer des pressions sur le gouvernement jusqu’à ce que ces mesures se concrétisent», de poursuivre M. Friesen.

Le discours du Trône a accordé une attention particulière à l’agriculture, dans le contexte des sciences de la vie. Des mots clés, comme « innovation » et « nouvelle économie » sont des indicateurs certains de l’orientation que le gouvernement veut donner à ce secteur. Bien que la FCA soit consciente des possibilités qu’offrent les sciences de la vie, les agriculteurs s’en méfient du fait qu’ils ne disposent pas des ressources nécessaires leur permettant de passer à travers la crise actuelle.

« Depuis toujours, les agriculteurs demandent qu’on leur fournisse les outils leur permettant de compétitionner à armes égales. Les coûts croissants de production, conjugués à la chute des prix du marché, et les subventions que les autres pays accordent à leurs agriculteurs, ont créé une situation dévastatrice qui a ruiné plusieurs agriculteurs canadiens. L’an dernier seulement, Statistique Canada constatait que 22 000 emplois ont été perdus dans le secteur agricole », de souligner M. Friesen.

Les organismes agricoles canadiens se réjouissent à l’idée de travailler avec les gouvernements fédéral et provinciaux à l’élaboration de programmes réalistes qui viendront en aide aux producteurs œuvrant au sein de l’un des cinq plus importants secteurs générateurs d’exportation au Canada.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Fédération Canadienne de l’agriculture

http://www.cfa-fca.ca/

Commentaires