Qu’est-ce qui fait varier la base?

Les facteurs qui font varier les prix mondiaux des grains sont bien connus et une foule d’experts s’évertue tous les jours à en expliquer et prédire les impacts. Du côté de la base – le prix local des grains –, les sources de variation sont moins bien connues.

Dans une infolettre de l’Université de Guelph, le professeur associé Getu Hailu énumère plusieurs facteurs qui peuvent influer sur la base :

  • l’offre et la demande locale
  • la disponibilité et le coût du transport
  • la disponibilité et le coût de l’entreposage
  • la saison (avant, pendant ou après la récolte)
  • la qualité du grain
  • les taux d’intérêts
  • le taux de change ($ US vs $ CA)

Ces facteurs incluent aussi, du moins en théorie, le coût des intérêts sur le capital que représentent les grains entreposés, ainsi que le profit espéré par ceux qui détiennent les grains physiquement.

Hailu, Maynard et Weersink ont réalisé en 2012 une analyse empirique des bases pour le maïs et le soya en Ontario. Voici un aperçu des résultats de leur recherche :

-Les taux d’intérêt influencent la base, à la fois pour le maïs et le soya. Des taux d’intérêt élevés augmentent le coût d’opportunité de l’entreposage, ce qui fait descendre la base.

-Les coûts du transport ont un impact négatif, mais seulement pour le soya. En Ontario, le soya a plus de chances d’être importé ou exporté que le maïs, dont une importante part tend à rester dans les régions productrices.

-Le niveau des inventaires locaux a un impact négatif, mais seulement pour le maïs. Ce dernier a plus de chances d’être affecté par les questions d’approvisionnement local en raison de son usage local dans les régions productrices.

-L’offre locale pendant la saison a l’effet que tous connaissent : c’est au moment de la récolte que les bases pour le maïs et le soya sont les plus basses dans les régions de production.

Le professeur Hailu note que depuis 2007, alors que les prix des grains se sont grandement appréciés, la base en Ontario tend à diminuer. Cette diminution pourrait s’expliquer par la progression de la valeur du dollar canadien, mais même lors qu’on efface l’impact du huard plus fort, on constate une diminution de la base.

Les auteurs de l’étude concluent que les taux d’intérêt élevés fragilisent la base, découragent l’entreposage et encouragent les ventes locales de grain. Pour les producteurs locaux, une pénurie de transport, ou un coût de transport plus élevé en raison du prix du pétrole, ont aussi pour effet de diminuer la base.

à propos de l'auteur

Articles récents de André Dumont

Commentaires