Réaménagement des routes 232 et 295 à St-Michel-du-Squatec : impacts sur l’agriculture

Québec (Québec), 3 septembre 2002 – Le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) rend accessible à la population, à la demande du ministre d’Etat aux Affaires municipales et à la Métropole, à l’Environnement et à l’Eau, M. André Boisclair, l’étude d’impact concernant le projet de réaménagement des routes 232 et 295 à Saint-Michel-du-Squatec.

La consultation publique

A compter d’aujourd’hui, et ce, pour une période de 45 jours, soit du 3

septembre au 18 octobre 2002, l’étude d’impact décrivant le projet et ses
répercussions sur l’environnement peut être consultée au bureau du BAPE à
Québec ainsi qu’à la bibliothèque centrale de l’Université du Québec à
Montréal. L’ensemble du dossier est également disponible aux endroits
suivants:
  • Hôtel de ville de Saint-Michel-du-Squatec, 150, rue Saint-Joseph, Saint-
    Michel-du-Squatec ;
  • Bibliothèque municipale de Saint-Michel-du-Squatec, 150, rue Saint-
    Joseph, Saint-Michel-du-Squatec.

    Il est aussi possible de consulter le site Internet du BAPE, à la rubrique « Périodes d’information ».

    La rencontre d’information

    Des représentants du BAPE animeront une séance d’information publique,
    avec la participation du promoteur et du ministère de l’Environnement. Cette
    séance se tiendra le mardi 24 septembre, à compter de 19 h 30, à la Grande
    salle de l’Hôtel de ville de Saint-Michel-du-Squatec, 150, rue Saint-Joseph à

    Saint-Michel-du-Squatec. Les personnes participant à cette séance pourront
    alors s’informer sur toute question concernant le projet, l’étude d’impact ou
    la procédure d’évaluation environnementale.

    La demande d’audience publique

    Toute personne, groupe ou municipalité peut faire une demande d’audience
    publique pendant la période d’information et de consultation publiques. Cette
    demande doit être transmise, par écrit, au plus tard le 18 octobre 2002, au
    ministre d’Etat aux Affaires municipales et à la Métropole, à l’Environnement
    et à l’Eau et leader du gouvernement, M. André Boisclair, 675, boul. René-
    Lévesque Est, 30e étage, Québec, G1R 5V7. Le requérant doit y indiquer les
    motifs de sa demande et son intérêt par rapport au milieu touché.

    Le projet

    Le projet consiste à réaménager, sur une longueur totale de 5,34 km, les

    tronçons des routes 232 en direction de Lac-des-Aigles et 295 en direction de
    Sainte-Rita. Le secteur concerné est situé à 1,4 km au nord de la municipalité
    de Saint-Michel-du-Squatec et touche les rangs III et IV du cadastre du canton
    de Robitaille dans la municipalité régionale de comté (MRC) de Témiscouata. Ce
    secteur à fortes pentes est reconnu comme étant à haut risque avec 17
    accidents survenus pour la période de 1998 à 2000.

    Le réaménagement de ces routes a pour objectifs d’augmenter la qualité de
    la desserte et la sécurité de l’ensemble des usagers tout en améliorant la
    visibilité et la fluidité de la circulation. De plus, il vise à faciliter les
    manoeuvres des conducteurs de poids lourds représentant un fort pourcentage
    des usagers vu la présence d’usines de transformation du bois dans le secteur.

    Les interventions prévues concerneraient une réfection complète de la
    route. La variante retenue propose cependant une utilisation optimale du tracé
    des routes actuelles à l’exception de l’intersection vers la municipalité de
    Lac-des-Aigles qui serait déplacée plus au nord. Dans les travaux prévus il y
    aurait, entre autres, corrections aux intersections des routes par
    l’aménagement de voies de virage à gauche ainsi que d’îlots déviateurs,
    adoucissement des courbes et des pentes, aménagement d’une voie auxiliaire
    pour véhicules lents en direction de Cabano, ajouts d’accotements en gravier
    et aménagement d’un brise-vent permanent (plantations) à l’ouest de
    l’intersection vers Sainte-Rita (secteur de plus fortes pentes). La
    réalisation des travaux est estimée à 7 millions de dollars.

    Les répercussions prévues par le promoteur et les mesures d’atténuation proposées dans l’étude d’impact

    Selon l’étude d’impact du ministère des Transports du Québec, les
    répercussions négatives entraînées par le projet seraient pour la plupart
    mineures. Les principaux impacts toucheraient les milieux agricole et sylvicole ainsi que le paysage. L’emprise de la route obligerait l’immobilisation de territoires agricoles et le déboisement de terres forestières. De plus, le rapprochement excessif de la nouvelle route de trois
    résidences nécessiterait leur expropriation. Les travaux de déboisement et de
    nivellement ainsi que l’abandon de l’ancienne route modifieraient le champ
    visuel des résidants.

    Afin de réduire ces impacts, le promoteur entend verser des
    indemnisations aux propriétaires pour compenser la perte de terres ou pour les
    préjudices causés à leur propriété. Dans d’autres cas, l’éloignement de la
    route obligerait le réaménagement des entrées et le réaménagement de la route
    232 en cul-de-sac pour servir de chemin d’accès. Afin d’améliorer le caractère
    naturel du paysage, des aménagements paysagers sont prévus pour assurer
    l’harmonisation du projet avec le milieu.

    Les personnes intéressées à obtenir plus d’information peuvent
    communiquer avec Robert Fournier, au (418) 643-7447 ou, sans frais, au 1 800
    463-4732, ou par courrier électronique à l’adresse suivante :
    [email protected]

    Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

    Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE)

    http://www.bape.gouv.qc.ca/

    Ministère de l’Environnement du Québec

    http://www.menv.gouv.qc.ca

    Commentaires