Rapport annuel de la Société de financement agricole

Québec (Québec), 18 juin 2001 – Le récent rapport annuel de la Société de financement agricole (SFA) révèle qu’au cours du dernier exercice financier de son existence, l’organisme a autorisé plus de 6 500 prêts, pour un montant de 794 millions de dollars. Il s’agit du deuxième plus haut total enregistré par la Société depuis sa mise en place.

Commentant les résultats enregistrés par la SFA en 2000-2001, le président-directeur général de La Financière agricole, M. André Dicaire, souligne qu’au cours de la dernière année le nombre d’ouvertures de crédit s’est accru de façon importante. « En 2000-2001, la Société de financement agricole a autorisé plus de 1000 ouvertures de crédit, comparativement à 150 au cours de l’exercice antérieur. » Cette importante hausse est entièrement attribuable à la mise en place d’un plan d’intervention pour les acéricultrices et acériculteurs. A ce sujet, M. Dicaire précise que « grâce à la mise en place de ce programme, près de 1000 acéricultrices et acériculteurs ont pu composer avec les importants surplus qu’avait engendrés la récolte de l’an 2000 ».

Par ailleurs, afin de mieux servir sa clientèle agricole, la Société a effectué, en 2000-2001, un virage vers les affaires électroniques. En effet, deux projets d’envergure ont vu le jour, soit le transfert électronique des états financiers des entreprises clientes et la demande de financement en ligne. Ces nouveautés permettent d’assurer aux clientes et clients un service sécuritaire, efficace et plus rapide.

Les prêts garantis par la Société au cours de la dernière année financière ont contribué à la réalisation de projets d’investissement estimés à quelque 900 millions de dollars et ont permis de créer ou de maintenir 6 900 emplois. L’encours des prêts autorisés par la Société représente 60 % de l’ensemble du financement agricole au Québec.

Rappelons que la Société de financement agricole et la Régie des assurances agricoles du Québec ont récemment été regroupées pour former La Financière agricole du Québec. Celle-ci assure maintenant la continuité des programmes et services offerts auparavant par les deux organismes.

A ce propos, le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, M. Maxime Arseneau, rappelle que la création de cet organisme répond a un besoin exprimé par le milieu agricole. « La mise en oeuvre de La Financière agricole du Québec crée un partenariat d’affaires unique et novateur entre le monde agricole et le gouvernement du Québec, dotant ainsi les productrices et les producteurs d’un levier financier moderne destiné à répondre à leurs besoins », souligne-t-il.

Avec les excellents résultats qu’elle a enregistrés au cours de son dernier exercice financier, la Société de financement agricole laisse un précieux héritage à La Financière agricole et lui cède la relève en toute confiance. Cette dernière fait présentement affaire avec plus de 20 000 entreprises du milieu agricole et forestier et compte participer activement à son développement.

« L’agriculture et l’agroalimentaire constituent un important moteur de développement économique régional et La Financière agricole du Québec est appelée à jouer un rôle de premier plan dans l’essor de ces secteurs », a conclu le ministre Arseneau.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

La Financière agricole du Québec

http://www.financiereagricole.qc.ca

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)

http://www.agr.gouv.qc.ca/

Régie des assurances agricoles du Québec

http://www.raaq.gouv.qc.ca/

Commentaires