Recettes monétaires agricoles, premier trimestre de 2007

Ottawa (Ontario), 28 mai 2007 – Les recettes du marché des agriculteurs canadiens ont augmenté de 13,0 % au cours des trois premiers mois de 2007, en hausse par rapport à 2006 où elles avaient atteint un des plus bas niveaux observés au premier trimestre en une décennie. L’accroissement a été principalement imputable à une augmentation du prix des céréales et des oléagineux, les approvisionnements mondiaux s’étant resserrés et l’industrie des biocarburants ayant poursuivi sa progression.

Les recettes du marché, en l’occurrence les recettes tirées de la vente de cultures et de bétail, se sont établies à 8,5 milliards de dollars, ayant atteint ainsi un sommet pour un premier trimestre. Ce total était de 9,8 % supérieur à la moyenne quinquennale précédente de 2002 à 2006. D’une année à l’autre, les recettes du marché ont augmenté durant quatre trimestres consécutifs, après être restées relativement stables en 2005.

Les recettes provenant des cultures se sont chiffrées à 3,8 milliards de dollars de janvier à mars, en hausse de 28,8 % par rapport à la même période l’année dernière et de 17,1 % par rapport à la moyenne quinquennale précédente. En 2006, les recettes des cultures au premier trimestre avaient chuté à leur plus bas niveau en 10 ans.

Les recettes du bétail ont augmenté de 2,7 % par rapport au premier trimestre de 2006 pour s’établir à 4,7 milliards de dollars. Il s’agit d’un niveau supérieur de 4,4 % à la moyenne quinquennale précédente. Une amélioration des prix des porcs par rapport à aux creux récents a été le principal facteur à l’origine de l’augmentation des recettes du bétail.

Les agriculteurs ont reçu 1,4 milliard de dollars en paiements de programme au cours du premier trimestre, en baisse de 12,8 % par rapport au premier trimestre de 2006, en raison de l’amélioration de l’état des cultures et de l’achèvement de plusieurs programmes. Malgré cette baisse, les paiements de programme sont demeurés supérieurs de 3,9 % à la moyenne quinquennale précédente.

Les recettes monétaires agricoles totales, qui comprennent les recettes des cultures et du bétail ainsi que les paiements de programme, ont augmenté de 8,6 % pour s’établir à 9,9 milliards de dollars. Ce niveau a dépassé de 8,9 % la moyenne quinquennale précédente pour un premier trimestre.

À l’échelon provincial, les recettes monétaires agricoles totales se sont accrues dans huit provinces. Les augmentations ont varié entre 0,9 % au Manitoba et 15,1 % en Alberta. Les recettes monétaires agricoles ont diminué de 13,1 % à l’Île-du-Prince-Édouard et de 8,2 % au Nouveau-Brunswick, soit les deux provinces dans lesquelles les recettes des pommes de terre ont chuté.

Les recettes monétaires agricoles constituent une mesure du revenu brut des exploitations agricoles. Elles ne tiennent pas compte des dépenses telles que les salaires, les carburants et les frais des aliments pour animaux qui sont engagées par les agriculteurs. Les recettes monétaires peuvent varier considérablement d’une exploitation agricole à l’autre en raison de plusieurs facteurs, dont les cultures et les élevages choisis, les prix et les conditions climatiques. Pour obtenir les renseignements les plus récents sur le revenu agricole net en 2006, veuillez consulter le communiqué «Revenu agricole net» diffusé aujourd’hui.

Les recettes des cultures font un bond en avant grâce à l’augmentation du prix des céréales et des oléagineux
Les difficultés liées à la production qu’ont dû affronter certains des principaux pays exportateurs de céréales en 2006, conjuguées à l’augmentation de la production mondiale de biocarburants, ont contribué à réduire l’abondance des approvisionnements mondiaux de céréales et à améliorer le prix des céréales et des oléagineux. Cette progression survient tout juste après une période où les agriculteurs avaient reçu de très faibles prix alors que les prix des intrants augmentaient.

Les recettes du maïs ont crû pour se situer à 271 millions de dollars, par suite d’une augmentation de 38,4 % des prix et de 14,8 % des mises en marché. La croissance de la demande pour le maïs aux fins de la production de biocarburants aux États-Unis a eu un effet positif sur les prix, qui s’est répercuté sur d’autres cultures.

Les recettes du blé (sauf le blé dur) ont grimpé de 73,9 % pour s’établir à 633 millions de dollars en raison de trois facteurs, soit une hausse de 34,3 % des prix, une augmentation des livraisons et une hausse des paiements de la Commission canadienne du blé (CCB).

Les recettes de l’orge ont augmenté de 65,6 % pour atteindre 154 millions de dollars en raison de la combinaison de la hausse des prix et des paiements de la CCB. Les prix et les paiements de la CCB ont également fait grimper les recettes du blé dur de 53,8 % pour se chiffrer à 123 millions de dollars. Cependant, les livraisons de ces deux cultures céréalières ont diminué, en grande partie en raison de la production plus faible en 2006, les producteurs ayant choisi de semer d’autres cultures et les rendements ayant diminué.

Les recettes du canola ont atteint un sommet de 697 millions de dollars pour un premier trimestre. Contrairement à la même période l’année dernière, cette augmentation a été alimentée par une hausse des prix de 43,6 %, alors que les livraisons ont chuté de 15,0 % par rapport au sommet de 2,4 millions de tonnes atteint pour un premier trimestre, en 2006. En 2006, la production de canola était légèrement à la baisse par rapport à la quantité record de 2005, mais est demeurée bien supérieure à la moyenne quinquennale précédente.

Les recettes du soya ont également atteint un sommet de 248 millions de dollars pour un premier trimestre, principalement en raison de livraisons record. Le prix du soya a lui aussi augmenté de 11,8 % par rapport à 2006, année où le prix avait atteint son niveau le plus bas en 14 ans pour un premier trimestre.

Alors que le prix des céréales et des oléagineux s’est amélioré, les producteurs ont reporté davantage de recettes pour les cultures vendues en 2006 afin de réaliser des recettes différées en 2007. La réalisation des recettes différées des céréales et des oléagineux a augmenté de 28,5 % pour s’établir à 473 millions de dollars pendant le premier trimestre de 2007.

L’amélioration des prix des porcs soutient les recettes du bétail
Les recettes monétaires des producteurs de porcs ont augmenté de 8,0 % lors du premier trimestre de 2007 pour atteindre 909 millions de dollars. Les prix ont progressé de 9,3 % par rapport au premier trimestre de 2006, bien qu’ils soient demeurés inférieurs à la moyenne quinquennale. Les mises en marché ont fléchi légèrement, la chute dans les ventes de porcs sur le marché intérieur n’ayant pas été compensée par la hausse des exportations.

L’abattage sur le marché intérieur est demeuré le marché le plus important pour les porcs canadiens, représentant près de 80 % des recettes porcines. Cependant, les exportations de porcelets en direction des États-unis continuent à être un marché en croissance. Les prix pour les porcs vendus ont augmenté pour l’abattage sur le marché intérieur et pour l’exportation.

Malgré la faiblesse des prix, les ventes de bovins et de veaux ont crû légèrement de 0,7 % pour atteindre 1,7 milliard de dollars en raison de l’augmentation des mises en marché. Les recettes du premier trimestre de 2007 sont toujours plus faibles que dans les trois années précédant l’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB), alors qu’elles variaient entre 1,8 milliard de dollars et 1,9 milliard de dollars.

Les revenus provenant des exportations internationales de bovins ont atteint 429 millions de dollars, en hausse de 9,8 %, alors que le nombre d’animaux exportés a continué d’augmenter après la réouverture des frontières aux bovins âgés de moins de 30 mois.

Les recettes des bovins d’abattage se sont accrues de 2,3 % principalement en raison de la hausse des mises en marché. De janvier à mars 2007, 2,1 % plus de bovins ont été envoyés à l’abattage.

Les baisses observées dans le secteur des bovins ont été attribuables aux exportations interprovinciales, où les recettes ont diminué de 19,2 % par rapport au premier trimestre de 2006. Les prix moyens pour les bovins et les veaux d’engraissement ont diminué respectivement de 10,2 % et 16,4 %, en raison de la montée en flèche des prix de l’alimentation. Le nombre d’animaux mis en marché a également décliné.

Les recettes provenant des produits assujettis à la gestion de l’offre ont progressé de 2,2 % au cours du premier trimestre après une légère diminution en 2006. Malgré une réduction des mises en marché, les recettes ont augmenté pour la volaille et les produits laitiers à la suite de l’amélioration des prix. Les revenus provenant des ventes d’oeufs ont diminué légèrement en raison de la baisse du prix des oeufs de consommation.

Les paiements de programme sont en baisse, mais demeurent supérieurs à la moyenne quinquennale précédente
Les agriculteurs ont reçu 1,4 milliard de dollars en paiements de programme pendant le premier trimestre, en baisse par rapport à la même période en 2006, mais tout de même près du double du montant distribué pendant les années précédant la situation liée à l’ESB.

Les paiements d’assurance-récolte, auxquels les producteurs contribuent au moyen de primes, ont chuté de 53,2 % pour s’établir à 117 millions de dollars par suite de l’amélioration des conditions de croissance en 2006.

Le Programme de paiements pour les producteurs de céréales et d’oléagineux, un programme ponctuel pour les producteurs de céréales, d’oléagineux ou de cultures spéciales, a versé plus de 4 millions de dollars de paiements au premier trimestre de 2007. Il s’agissait d’une baisse importante par rapport aux 400 millions de dollars versés pendant le premier trimestre de 2006, alors que la majorité des paiements avaient été effectués dans le cadre de ce programme.

Le Programme canadien de stabilisation du revenu agricole (PCSRA) et les paiements connexes de 718 millions de dollars ont augmenté de 43,3 % et ont concouru à atténuer la baisse globale des paiements de programme.

Recettes monétaires agricoles
 Janvier à mars 2006Janvier à mars 2007pJanvier-mars 2006 à janvier-mars 2007
 en millions de dollarsvariation en %
Recettes monétaires agricoles9 1039 8898,6
Total du marché17 5548 53713,0
Tout le blé244375770,9
Blé, sauf le blé dur236463373,9
Blé dur28012353,8
Orge29315465,6
Recettes différées-41-7070,7
Réalisation des recettes différées36847328,5
Canola57169722,1
Soya13024890,8
Maïs17127158,5
Autres céréales et oléagineux9412533,0
Cultures spéciales16022943,1
Pommes de terre215204-5,1
Industrie floricole et pépinières3443501,7
Autres cultures441412-6,6
Total des cultures2 9883 84928,8
Bovins et veaux1 6531 6640,7
Porcs8429098,0
Produits laitiers1 2241 2421,5
Volaille et oeufs5946173,9
Autre bétail2522572,0
Total du bétail4 5664 6882,7
Compte de stabilisation du revenu net276258-6,5
Paiements d’assurance-récolte250117-53,2
Programmes d’aide en cas de désastre lié aux revenus905724-20,0
Programme provincial de stabilisation28225703,6
Autres programmes9028-68,9
Total des paiements1 5501 352-12,8
pprovisoire
0zéro absolu ou valeur arrondie à zéro
1.Le total des recettes du marché correspond à la somme des recettes des cultures et du bétail.
2.Inclut les paiements de la Commission canadienne du blé.
Nota: Les chiffres ayant été arrondis, la somme peut ne pas correspondre aux totaux indiqués.

Recettes monétaires agricoles provinciales
 Janvier à mars 2006Janvier à mars 2007pJanvier-mars 2006 à janvier-mars 2007
 en millions de dollarsvariation en %
Canada9 1039 8898,6
Terre-Neuve-et-Labrador24254,2
Île-du-Prince-Édouard10793-13,1
Nouvelle-Écosse1341372,2
Nouveau-Brunswick122112-8,2
Québec1 3531 53113,2
Ontario1 9782 1398,1
Manitoba1 0341 0430,9
Saskatchewan1 8001 9277,1
Alberta2 0612 37315,1
Colombie-Britannique4925083,3
pprovisoire
0zéro absolu ou valeur arrondie à zéro
Nota: Les chiffres ayant été arrondis, la somme peut ne pas correspondre aux totaux indiqués.

Note aux lecteurs
Statistique Canada ne fait pas de prévisions des recettes monétaires agricoles. Les données présentées sont fondées sur les données des enquêtes et sur les données administratives provenant de plusieurs sources.

Les recettes monétaires agricoles mesurent le revenu brut des entreprises agricoles en dollars courants. Elles comprennent les ventes de productions végétales et animales (sauf les ventes entre les exploitations agricoles d’une même province) et les paiements de programme. Les recettes sont comptabilisées lorsque l’argent est versé aux agriculteurs, avant déduction des dépenses.

Les paiements de programme sont les paiements liés à la production agricole courante et versés directement aux agriculteurs. Cependant, la série des paiements de programme ne vise pas à englober tous les paiements versés aux agriculteurs et ne représente pas la totalité des dépenses publiques se rapportant à tous les programmes d’aide. Par exemple, le Programme canadien d’options pour les familles agricoles annoncé en juillet 2006 n’a pas été inclus puisqu’il n’est pas considéré comme un revenu de l’entreprise agricole à des fins statistiques.

À la suite de la diffusion des données du Recensement de l’agriculture de 2006, le 16 mai 2007, les estimations des recettes monétaires agricoles, des dépenses d’exploitation, du revenu net, de la valeur du capital et d’autres données contenues dans la série Statistiques économiques agricoles seront révisées au besoin. Ces révisions seront annoncées dans un communiqué ultérieur de la série dans Le Quotidien. Pour obtenir plus de renseignements sur le Recensement de l’agriculture, consultez le communiqué «Recensement de l’agriculture de 2006 : exploitations et exploitants agricoles» diffusé dans Le Quotidien du 16 mai.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Statistiques Canada
http://www.statcan.ca/

Commentaires