Rétablir l’équilibre des rapports dans le secteur agroalimentaire

Montréal (Québec), 16 avril 2007 – L’Alliance de la transformation agroalimentaire du Québec (ALTA) (*) demande au premier ministre Jean Charest de reconnaître le rôle capital que joue la transformation alimentaire au Québec en transférant Transformation Alimentaire Québec (TRANSAQ) sous l’autorité du ministère du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation (MDEIE). L’ALTA recherche l’équilibre dans la dynamique de la mise en marchédes produits agricoles et alimentaires et croit que le transfert de TRANSAQ auMDEIE, représente la meilleure façon de parvenir à un équilibre dereprésentativité au sein du Conseil des ministres.

Rappelons que la transformation agroalimentaire est le premier employeurdu secteur manufacturier au Québec. Selon les données de 2005 de l’Institut dela statistique du Québec :

– La transformation agroalimentaire génère 74 600 emplois directs et 125 000 emplois indirects ;
– La transformation agroalimentaire génère le plus de valeur ajoutée : 7,3 milliards de dollars ;
– La transformation agroalimentaire est le plus important expéditeur manufacturier du Québec : 20 milliards de dollars de livraison (13,6% de la valeur totale des expéditions) ;
– La transformation agroalimentaire est le deuxième plus important secteur manufacturier québécois en termes de PIB ;

Le ministère du Développement économique, de l’Innovation et del’Exportation semble mieux désigné pour définir le rôle de TRANSAQ et conférerà cette agence un leadership fort et adapté aux défis actuels que doit releverle secteur. L’ALTA demande également de renforcer le rôle de TRANSAQ. Sesressources, trop modestes, doivent être bonifiées pour l’aider à jouerpleinement son rôle réel de leader au sein du gouvernement et l’habiliter àcréer le contexte de synergie requis entre les acteurs du secteur.

Lors la création de TRANSAQ, en 2003, le ministère de l’Agriculture, desPêcheries et des l’Alimentation du Québec (MAPAQ) visait à reconnaîtrel’importance de l’apport de l’agroalimentaire à la société québécoise etconfiait à cette agence gouvernementale la mission d’appuyer le développementde ce secteur au profit de l’ensemble des régions. Il faut toutefoisreconnaître l’importance du secteur agricole québécois et l’étendue de sesbesoins. A elle seule, l’agriculture représente des défis énormes et un trèsgros mandat pour le MAPAQ et son ministre. Selon l’ALTA, il n’est pas possiblede penser que, dans le cadre actuel du MAPAQ, on puisse atteindre une justereprésentation des deux secteurs. Comment le MAPAQ, qui est davantage orientévers l’agriculture, peut-il promouvoir activement les besoins et aspirationsde la transformation ?

(*) L’Alliance de la transformation est un regroupement des membres suivants : Association des abattoirs avicoles du Québec (AAAQ), Association des manufacturiers de produits alimentaires du Québec (AMPAQ), Association des industries de nutrition animale et céréalière (AQINAC), La Coop fédérée, Conseil des industriels laitiers du Québec (CILQ), Conseil de la transformation agroalimentaire et des produits de consommation (CTAC), Conseil des viandes du Canada, section Québec (CVC)

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Transformation Alimentaire Québec (TRANSAQ)
http://www.carrefouralimentaire.com

Commentaires