Stock de bétails au 1er juillet 2009

Ottawa (Ontario), 20 août 2009 – Au 1er juillet 2009, les stocks de porcs et de bovins dans les fermes canadiennes étaient en baisse par rapport à la même date un an plus tôt, tandis que les stocks de moutons sont demeurés pratiquement inchangés.

Stocks de bétail au 1er juillet
  2008 2009 2008 2009 2008 2009
  Bovins Porcs Moutons
  milliers de têtes
Canada 15 195 14 840 12 980 12 105 1 062 1 062
Atlantique 279 251 187 148 41 42
Québec 1 375 1 385 4 075 3 870 290 285
Ontario 1 881 1 829 3 237 3 101 295 315
Manitoba 1 515 1 430 2 720 2 530 66 71
Saskatchewan 3 385 3 370 971 810 125 114
Alberta 6 010 5 870 1 670 1 530 185 177
Colombie-Britannique 750 705 120 116 60 58
Note(s) :
Les chiffres ayant été arrondis, leur somme peut ne pas correspondre aux totaux.

Les producteurs de porcs canadiens ont déclaré un nombre estimatif de 12,1 millions de porcs dans leurs fermes, en baisse de 6,7 % par rapport au 1er juillet 2008.

Les stocks de porcs sont en baisse depuis 2006. Cette régression s’explique par divers facteurs, dont les coûts élevés des aliments, le faible prix des produits de base, l’appréciation du dollar canadien et le ralentissement économique. Le ralentissement a restreint l’accès au crédit pour les producteurs et a réduit la demande de viande de la part des consommateurs.

Récemment, la nouvelle réglementation sur l’étiquetage obligatoire du pays d’origine (COOL) mise en place aux États-Unis a restreint l’accès au marché. La perception à l’égard du virus H1N1 a également eu une incidence négative sur les marchés.

Le troupeau de reproduction canadien, composé principalement de truies et de jeunes truies, a connu un déclin de 4,6 % pour se chiffrer à un peu moins de 1,4 million de têtes au cours de la dernière année.

Pendant les deux premiers trimestres de 2009, les producteurs de porcs ont exporté à l’échelle nationale un nombre de porcs estimé à 3,3 millions, en baisse de 34,6 % par rapport à la même période l’an dernier.

Les producteurs canadiens de bovins ont estimé leur troupeau à 14,8 millions de têtes au 1er juillet, ce qui constitue un quatrième déclin annuel consécutif. Le troupeau laitier canadien se situait légèrement au-dessous des 2,0 millions de têtes, alors que le troupeau national de bovins de boucherie affichait une baisse de 2,4 %.

Les exportations totales de bovins de janvier à juin 2009 ont diminué de 31,7 % par rapport à la même période un an plus tôt.

Comme la diminution des stocks de bovins observée au cours des quatre dernières années, l’abattage au pays de bovins et de veaux a diminué de 6,8 % pendant la première moitié de l’année comparativement à la même période en 2008.

L’industrie ovine n’a pas enregistré de croissance au cours des deux dernières années. Au 1er juillet, les stocks de moutons se chiffraient à 1,1 million, un nombre resté pratiquement inchangé depuis juillet 2008.

En 2003, le marché de l’exportation des moutons s’est effondré. Il est pratiquement inexistant depuis. La production de viande de mouton et d’agneau au Canada répond en partie à la demande locale et régionale; la partie restante de la demande est comblée grâce à la hausse des importations.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Statistiques Canada
http://www.statcan.ca/francais/search/index_f.htm

Commentaires