Les exportations de viande vers la Chine reprennent

Le premier ministre l'a annoncé mardi après-midi dans un message

Une entente est survenue entre la Chine et le Canada concernant l’exportation de viande. Après quatre mois d’un embargo sur le boeuf et le porc canadien, le premier ministre Justin Trudeau a émis un message sur Twitter: “Bonne nouvelle pour les agriculteurs canadiens : les exportations de porc et de bœuf vers la Chine reprendront. Merci à l’ambassadeur Barton et à l’industrie canadienne de la viande d’avoir contribué à rouvrir ce marché clé pour nos producteurs de viande et leurs familles.

Articles connexes

Au cours des derniers mois, par l’intermédiaire de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) et d’Affaires mondiales Canada via l’ambassade canadienne à Beijing, nous avons collaboré avec la Chine, ont déclaré la ministre de l’Agriculture, Marie-Claude Bibeau, et son collègue de la Diversification du commerce international, Jim Carr.

Nous continuerons de travailler en étroite collaboration avec les producteurs et transformateurs de porc et de bœuf dans les jours et les semaines à venir pour assurer la reprise du commerce, ont ajouté les deux ministres.

Les détails de l’entente n’ont pas été dévoilés.

La nouvelle a été saluée par le président du Conseil des viandes du Canada, Chris White. Il a qualifié l’annonce d’excellente nouvelle, surtout qu’elle survient à la veille d’une mission dirigée par l’industrie en Chine. « Nous souhaitons exprimer notre gratitude au gouvernement du Canada pour tous ses efforts, tant à Ottawa qu’à Beijing, alors qu’il s’efforçait de trouver une solution à ce problème. En particulier, nous avons grandement apprécié le leadership du premier ministre, des ministres Bibeau, Carr et Freeland ainsi que de l’ambassadeur Barton », a déclaré M.White.

Selon René Roy, deuxième vice-président du Conseil canadien du porc, l’embargo chinois a causé des pertes de 120 millions de dollars pour l’industrie québécoise.

La nouvelle a aussi accueilli avec soulagement par les Éleveurs de porcs du Québec qui a rappelé les retombées de plusieurs milliards de dollars de l’industrie.

Le marché du porc en Chine est le 2e en importance pour le Canada et celui du boeuf se place au 5e rang.

Le conflit est survenu à la suite de certificats d’exportation qui auraient été falsifiés, stoppant ainsi l’entrée de viande de provenance canadienne  en Chine. La Chine avait aussi suspendu temporairement les permis d’exportations d’Olymel et de Drummond Export, en raison d’un problème dit d’étiquetage. La crise liée à l’épidémie porcine africaine et la pénurie de viande qui en a suivi ne serait pas étrangère à cet accord, ont soumis comme explication les experts.

La vente de canola canadien reste pour sa part interrompue. La vente de la céréale font l’objet d’un embargo depuis mars, avec des pertes évaluées à un milliard de dollars par le Conseil canadien du canola.

Le conflit commercial avec la Chine coïncide avec l’arrestation par le Canada de la directrice financière de l’entreprise Huawei, en réponse à un mandat d’arrêt émis par les États-Unis. Le Canada a nommé un ambassadeur en Chine le 4 septembre dernier, Dominic Barton, après plusieurs mois sans représentant canadien à Beijing.

Source: Presse canadienne, Radio-Canada

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires