Une étude de l’OCDE suit l’évolution des niveaux de soutien agricole en Russie et dans plusieurs autres économies en transition

Paris (France), le 30 septembre 2002 – La part des aides gouvernementales dans les revenus des agriculteurs a augmenté l’année dernière en Russie et dans les six pays d’Europe centrale et orientale étudiés par l’OCDE dans son dernier rapport, Politiques agricoles dans les pays en transition 2002. Cette étude retrace les
principales évolutions intervenues en Russie, en Bulgarie, en Estonie, en
Lettonie, en Lituanie, en Roumanie et en Slovénie. Elle contient également
de très nombreuses données agricoles concernant un groupe plus large de 21

économies en transition et émergentes.

En ce qui concerne les sept pays examinés dans le détail, le soutien
aux agriculteurs exprimé en pourcentage de leur revenu oscillait, selon
les dernières estimations pour 2001, de 3% en moyenne en Bulgarie, à 40% en
Slovénie. Dans tous ces pays, à l’exception de la Slovénie, les
Estimations du soutien aux producteurs restaient toutefois bien inférieures aux
Moyennes affichées par l’Union européenne (35%) et les pays de l’OCDE (31%). D’une
façon générale, les aides aux productions végétales ont diminué l’année
passée dans ces économies en transition, alors que les aides au secteur de
l’élevage ont augmenté.

Les aides ont essentiellement consisté en mesures de soutien des
prix du marché. Selon l’étude, ces mesures créatrices de distorsions sur
le marché ne constituent pas un moyen efficace d’accroître les revenus des
agriculteurs.

La part de l’agriculture dans le PIB a continué de reculer l’année
passée dans les sept pays étudiés bien que la production agricole brute
ait généralement progressé.

En 2001, la production agricole a augmenté, pour la troisième année
consécutive en Russie. La production animale a enregistré une hausse pour
la première fois depuis plus de dix ans et la production céréalière a
progressé de 30%. Ces résultats sont dus en partie aux gains de productivité
réalisés grâce à la progression de l’investissement et à la restructuration des
grandes exploitations, mais également aux bonnes conditions
météorologiques.

Toutefois, compte tenu de l’appréciation récente du rouble, il n’est pas
Dit que la production agricole russe continue d’augmenter. Cette année, la
production végétale ne devrait pas être aussi élevée qu’en 2001. Les

importations de viande et de produits laitiers continueront très
probablement de s’intensifier.

Les perspectives des sept pays analysés dépendent de leur volonté
d’opérer les ajustements structurels nécessaires. L’achèvement de la
réforme agraire, indispensable au fonctionnement du marché foncier, reste un enjeu
dans bon nombre de ces pays. L’investissement dans les infrastructures de
marché, l’amélioration des normes de qualité et la réforme des institutions figurent aussi parmi les priorités. Le processus d’accession à l’UE des pays d’Europe centrale et orientale et le projet d’adhésion de la Russie à l’Organisation mondiale du commerce jouent un rôle moteur dans l’avancement de la réforme des politiques et devraient favoriser la mise en place de secteurs agricoles plus compétitifs.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE)

http://www.oecd.org/

Commentaires