Vache de réforme : Les producteurs canadiens se réjouissent avec prudence de l’aide

Ottawa (Ontario), 21 novembre 2003 – Le gouvernement a enfin annoncé les détails d’un programme d’indemnisation pour les éleveurs bovins touchés par l’ESB, ce dont la Fédération canadienne de l’agriculture (FCA) est heureuse. Toutefois, il reste encore des questions litigieuses et des préoccupations à aborder avant que les producteurs puissent appuyer sans réserve le nouveau programme.

La FCA se réjouit du nouvel investissement de 120 millions de dollars qui servira à aborder l’épineuse question des ruminants plus âgés. En effet, depuis le 19 mai, les frontières internationales demeurent fermées aux animaux âgés de plus de 30 mois, d’où l’impossibilité pour les producteurs d’écouler leurs bêtes sur le marché et de maintenir des taux standards de mise à la réforme.

Cependant, la FCA s’inquiète de la définition du mot « abattage » et de son incidence éventuelle sur les prix du marché et la capacité de transformation. La FCA espère que la définition pourra être élargie de façon à inclure d’autres solutions de rechange constructives pour la commercialisation des produits.

La FCA a aussi réclamé du soutien pour les éleveurs d’autres espèces de ruminants, dont la chèvre et le mouton. Jusqu’à maintenant, aucune annonce n’a été faite à ce propos.

La FCA apprécie le soutien que le cabinet du ministre a témoigné à l’industrie bovine.

« Même si nous espérions davantage pour rétablir complètement la fonctionnalité du marché, l’annonce marque un pas dans la bonne direction, a affirmé Bob Friesen, président de la FCA. Nous surveillerons l’efficacité du programme et nous vérifierons si les fonds sont suffisants. »

« En définitive, la seule véritable solution réside dans l’ouverture des frontières, a ajouté M. Friesen. La FCA continuera de collaborer avec le gouvernement pour sortir les producteurs de la crise. »

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Fédération Canadienne de l’agriculture
http://www.cfa-fca.ca/

Commentaires