Vache folle : le programme d’aide devrait s’appliquer à l’ensemble de l’industrie

Saint-Hyacinthe (Québec), 4 juillet 2003 – Les effets du moratoire imposé aux produits bovins destinés à l’exportation touchent particulièrement l’industrie de la région de Saint-Hyacinthe qui est fortement orientée vers le secteur alimentaire. Aussi, en conférence de presse, le présidentde la Chambre de commerce Les Maskoutains, monsieur Jean-Luc Couture, ainsique le président du CLD Les Maskoutains, monsieur Jacques Dupré, ont tous deuxsignifié qu’ils effectuaient des représentations auprès des instancesgouvernementales, et ce, pour que les programmes de soutien soientaccessibles, non seulement aux producteurs, mais également à l’industrie de latransformation et du conditionnement des sous-produits bovins.

Selon les informations obtenues à ce jour, seules les industries de latransformation des produits carnés et de l’abattage pourront se prévaloird’une aide financière pour les pertes encourues à partir du 19 juin 2003. Al’intérieur d’une lettre adressée au ministre fédéral d’Agriculture etAgroalimentaire Canada, monsieur Lyle Vanclief ainsi qu’à son homologue auQuébec, la ministre Françoise Gauthier, les représentants des deux organismesleur demandent de rendre ce même fonds d’aide disponible à l’ensemble del’industrie de la transformation et du conditionnement des sous-produitsbovins. Ils demandent également que les formulaires de réclamation soientdisponibles aux producteurs et aux industriels dès la deuxième semaine dejuillet et qu’un programme de support soit mis en place afin d’aider cesentreprises au niveau de leur trésorerie à court terme.

Rappelant que la production bovine du Québec jointe à l’industrie de latransformation et au conditionnement des sous-produits représentent un chiffred’affaires de quelque 10 millions de dollars quotidiennement, les porte-paroledes organismes ont voulu transmettre leur inquiétude face à cette situation.Aussi, ils enjoignent les ministres de faire à leur tour toutes lesreprésentations nécessaires pour que les produits bovins du Canada et duQuébec puissent être offerts dans les plus brefs délais sur le marchéétasunien puisque cette situation est catastrophique pour l’ensemble del’industrie.

Commentaires