Ventes records de potasse pour PotashCorp

Saskatoon (Saskatchewan), 29 juillet 2004 – Potash Corporation of Saskatchewan Inc. (PotashCorp) a annoncé un bénéfice de 72,6 millions $ pour le deuxième trimestre, soit 1,34 $ par action après dilution. Il s’agit dubénéfice trimestriel le plus élevé en plus de cinq ans. Au deuxième trimestrede l’exercice précédent, la Société avait inscrit un bénéfice de 0,57 $ paraction après dilution, ce qui représente un bond de 135 %. L’augmentation dubénéfice est principalement attribuable à la hausse de 40 % de la marge brute,qui s’est fixée à 170,7 millions $, la potasse ayant représenté plus de 70 %du total. Durant le trimestre, le dollar canadien a faibli, entraînant lacomptabilisation au bilan d’un gain de change d’environ 0,09 $ par action,contrebalancé par une perte comparable liée à la dépréciation persistante del’entreprise Yumbes de PotashCorp au Chili. Les rentrées liées aux activitésd’exploitation ont totalisé 178,2 millions $ au deuxième trimestre, ce quireprésente une augmentation de plus de 250 % par rapport aux 67,0 millions $inscrits pour le trimestre correspondant du dernier exercice. Le flux detrésorerie disponible(1) a progressé de 34 %, passant de 86,8 millions $ à116,4 millions $.

L’amélioration des prix et des volumes de la potasse sont les deuxprincipaux facteurs qui viennent expliquer le rendement de PotashCorp audeuxième trimestre, la Société ayant tiré profit de l’amélioration de sesgrands paramètres. Après un ralentissement qui s’est prolongé sur près de sixans, les conditions générales, notamment la diminution des stocks de grains,la hausse des prix des produits de base et l’augmentation du nombre d’acresensemencés ont contribué au raffermissement de la consommation et des prix del’engrais. Comme les entreprises du domaine de la potasse fonctionnent à pleinrégime ou presque, les prix de la potasse ont atteint des sommets inégalés enplus de 20 ans, et PotashCorp a été le principal bénéficiaire de cetteconjoncture commerciale améliorée.

« En cette année olympique, nous fracassons les records de la potasse », adéclaré Bill Doyle, président et chef de la direction. « Nous attendions depuislongtemps la chance de démontrer notre potentiel en matière de potasse, et2004 nous donne cette possibilité. Nous avons inscrit des volumes de venterecords au deuxième trimestre sur le marché nord-américain, et un premiersemestre record à l’étranger. Le deuxième trimestre a été le meilleurtrimestre à vie pour Canpotex. En effet, les livraisons ont dépassé900 000 tonnes uniquement en juin, et la Société prévoit livrer le nombrerecord de 7,5 millions de tonnes pour l’ensemble de l’exercice. Cette solideconjoncture commerciale semble vouloir perdurer, nous offrant la possibilitéde fracasser de nouveaux records. »

Conjoncture du marché
Pour la première fois depuis des années, les fermiers américains ontbénéficié d’excellentes conditions printanières qui leur ont permisd’ensemencer tôt et à un rythme record. Toutefois, même une récolteexceptionnelle ne suffira pas à satisfaire à la demande prévue. Laconsommation de grains devrait surpasser la production pour la sixième annéeconsécutive, amenant le rapport entre les stocks de grains et l’utilisation àson plus bas niveau à vie. En effet, la population des pays en développements’accroît et améliore sa force économique, ce qui crée une demande pour uneplus grande quantité d’aliments de qualité, augmentant les prix de plusieursrécoltes de base sur les marchés internationaux, ainsi que la demande pourl’engrais, à une époque où la relative faiblesse du dollar américain estpropice à un environnement commercial sain.

Activités liées à la potasse
La potasse, pierre angulaire des activités de la Société et objet de sastratégie de croissance à long terme, a généré une marge brute de121,4 millions $, soit plus du double de la marge brute du deuxième trimestre2003. Ce bond s’explique par l’augmentation des prix et des volumes de venteen Amérique du Nord et à l’étranger.

En Amérique du Nord, les volumes de vente de PotashCorp ont atteint1,119 million de tonnes, un record et une hausse de 36 % par rapport audeuxième trimestre de l’exercice précédent. En plus de la progression desvolumes, les prix réalisés par la Société sur ce marché ont grimpé de près de24 $ la tonne, soit 30 % par rapport au deuxième trimestre du dernierexercice, et d’un 10 $ additionnel la tonne par rapport au trimestreprécédent. L’augmentation des volumes est attribuable à la hausse du nombred’acres réservés à des semences exigeant beaucoup d’engrais, à l’augmentationdes taux d’application et à la constitution de stocks plus importants par lesdistributeurs avant de nouvelles hausses de prix. De surcroît, PotashCorp a putirer profit du fait que certains de ses concurrents manquaient de produit.

En regard du trimestre correspondant de l’exercice précédent, les volumesde vente de la Société à l’étranger affichent une progression de 14 % et sesprix réalisés, de 13 $ la tonne. Comparativement au trimestre précédent, lesprix à l’étranger ont augmenté de 15 $ la tonne, les hausses de prix prévuesétant entrées en vigueur, tandis que le fret maritime s’est stabilisé et aamorcé un recul. Les ventes au Brésil, en Chine, en Malaisie et en Indonésiesont demeurées solides, les prix plus élevés des récoltes telles que les fèvesde soya et l’huile de palme ayant continué d’alimenter la demande pour lapotasse.

La progression des volumes a permis à PotashCorp de commencer à tirerprofit de sa taille et de son efficience. Durant le trimestre, la Société aproduit 2,2 millions de tonnes de potasse, soit 7 % de plus qu’au trimestrecorrespondant de l’an dernier. L’augmentation du taux d’exploitation et labaisse des coûts du gaz naturel ont diminué les frais d’exploitation. Cesfacteurs ont été neutralisés par un dollar canadien ferme qui a imprimé unélan négatif d’environ 3,80 $ la tonne aux coûts par rapport au trimestrecorrespondant du dernier exercice.

PCS Yumbes, entreprise chilienne spécialisée dans le nitrate de potassiumqui est en voie d’être vendue, a perdu 4,6 millions $ durant le trimestre, cequi est venu réduire la marge brute tirée de la potasse. De surcroît, laSociété a inscrit une nouvelle charge de dépréciation de 5,9 millions $ pourcette entreprise. Cette dépréciation a réduit le bénéfice de 0,07 $ paraction. Ensemble, ces deux facteurs ont diminué le bénéfice par action de0,13 $ pour le trimestre. La Société n’anticipe aucune autre perte ouprovision importante relativement à cette entreprise.

Activités liées au phosphate
Le phosphate a généré une marge brute positive de 5,7 millions $, parrapport à une perte de 1,0 million $ pour le trimestre correspondant del’exercice précédent. Les produits industriels sont demeurés en tête desventes de phosphate, contribuant 10,1 millions $ à la marge brute, tandis quel’engrais et les produits fourragers ont tous deux accusé de légères pertes.L’augmentation du coût des intrants est demeurée problématique pour ladivision de phosphate, le coût des produits vendus ayant augmenté de 3,39 $par tonne en regard du trimestre correspondant de l’exercice précédent. Cettesituation s’explique principalement par l’augmentation des prix du soufre etde l’ammoniac, qui est venue accroître d’environ 2,70 $ par tonne le coût desproduits vendus.

L’expansion de la capacité d’acide industriel à Aurora, en 2003, aentraîné une progression de 12 % des volumes de vente industriels par rapportau trimestre précédent, tandis que les prix sont demeurés stables. Les volumesde vente et les prix des engrais solides affichent une progression de 21 % etde 18 %, respectivement, par rapport au deuxième trimestre 2003. PotashCorp avendu davantage de ces produits à l’étranger, en particulier en Amériquelatine, ce qui a entraîné une augmentation de 103 % des volumes à l’étranger,tandis que les volumes ont chuté de 5 % en Amérique du Nord.

L’offre d’engrais liquides étant trop abondante à l’heure actuelle, laSociété a décidé de se retirer des ventes à faible prix, ce qui a entraîné unediminution de 16 % des volumes de vente par rapport au trimestre correspondantde l’exercice précédent, mais un recul des prix de seulement 3 %. Les volumesde vente de produits fourragers sont demeurés stables par rapport au trimestrecorrespondant du dernier exercice, tandis que les prix ont accusé un recul de2 % en raison de la vive concurrence en Amérique du Nord.

Activités liées à l’azote
L’azote a généré une saine marge brute de 43,6 millions $. Ce montant esttoutefois en deçà de la marge brute de 62,6 millions $ inscrite au deuxièmetrimestre de l’exercice précédent, laquelle a été alimentée par la réalisationd’opérations de couverture du gaz naturel. Durant le deuxième trimestre 2004,la couverture du gaz naturel a contribué 15,3 millions $ à la marge brute, parrapport à 28,0 millions $ pour le trimestre correspondant de l’exerciceprécédent. La Trinité a une fois de plus inscrit un trimestre solide, générant52 % de la marge brute totale tirée de l’azote, tandis que les usines situéesaux Etats-Unis ont contribué 13 % et les opérations de couverture, les 35 %restants. Au cours du trimestre, la Trinité a connu des problèmes deproduction qui se sont traduits par des tonnes perdues, imprimant un élandéfavorable d’environ 5,0 millions $ à la marge brute.

Les volumes de vente totaux de produits de l’azote ont accusé une baissede 13 % par rapport au trimestre correspondant de l’exercice précédent,principalement en raison de l’arrêt de production qui perdure à Memphis etGeismar. Le recul des volumes de vente a été partiellement neutralisé parl’augmentation des prix de l’ammoniac (4 %), de l’urée (3 %) et des solutionsd’azote (20 %) en regard du deuxième trimestre 2003. La situation d’offre etde demande restrictive qui sévit en Amérique du Nord est au coeur de cettehausse des prix.

Grâce à une augmentation de la production des installations à la Trinité,le coût moyen du gaz de PotashCorp a chuté de 7 % en regard du trimestrecorrespondant de l’exercice précédent. Cependant, la hausse des prix de ventedes produits a provoqué une augmentation de 6 % des prix du gaz à la Trinité,tandis qu’en Amérique du Nord, les prix affichaient une hausse de 3 %. Cesaugmentations sont venues hausser le coût des produits vendus d’environ13,50 $ la tonne.

Survol financier
Le dollar canadien s’est affaibli durant le trimestre, perdant près detrois cents pour clôturer à 1,3404 contre le dollar américain le 30 juin. Cefacteur et le gain de 3,0 millions $ à la conclusion de contrats de change envue d’acheter des dollars canadiens ont entraîné un gain de change de9,9 millions $ pour le trimestre. Aux fins de comparaison, au deuxièmetrimestre 2003, la force du dollar canadien s’était traduite par une perte dechange de 22,4 millions $. L’incidence nette de ces deux fluctuations a étéd’environ 0,38 $ par action par rapport au trimestre correspondant del’exercice précédent.

Les impôts miniers et autres impôts provinciaux ont augmenté de14,5 millions $ par rapport au trimestre correspondant de l’exerciceprécédent. Cette hausse s’explique par l’augmentation des volumes de vente,des prix et des bénéfices par tonne. Cette somme tient également compte d’unajustement de 2,4 millions $ aux ventes du premier trimestre, en raison del’augmentation des bénéfices par tonne. Les autres produits ont accusé unrecul d’environ 2,7 millions $ (23 %) par rapport au deuxième trimestre dudernier exercice, principalement en raison d’un paiement d’assurance de2,0 millions $ reçu durant le trimestre correspondant de l’exercice précédent.

Les investissements internationaux de PotashCorp dans Israel ChemicalsLtd. (ICL), Sociedad Quimica y Minera (SQM) au Chili et Arab Potash Company(APC) en Jordanie ont continué de faire fructifier la valeur de sonportefeuille d’actifs liés à la potasse. Le gain annuel moyen des actionnairess’est situé à environ 26 % pour ICL et 20 % pour SQM, tandis que les actifsliés à la potasse d’APC ont connu un bon rendement durant les neuf mois où laSociété a possédé une participation dans cette entreprise. La Société aégalement été avantagée sur le plan des flux de trésorerie, recevant desdividendes de 6,9 millions $ durant le trimestre. Ces investissements donnentun avantage à PotashCorp en intensifiant sa présence sur le marché mondial dela potasse, ce qui aidera à protéger sa position prédominante auprès de saclientèle.

Perspectives
Pour le second semestre 2004, la situation du marché demeureravraisemblablement favorable. Les stocks des trois éléments nutritifs sontextrêmement restrictifs. Selon l’organisme The Fertilizer Institute (TFI), lesstocks de phosphate dibasique d’ammonium se situent 31 % sous la moyenne àcinq ans, les stocks d’urée accusent un recul de 56 % et les stocks de potasseont diminué de 41 %. A eux seuls, les stocks de potasse de la Sociétéaffichent une baisse de 31 % par rapport à juin 2003. Ces stocks peu élevéssurviennent à une période de forte demande, ce qui est une situationextrêmement favorable pour les producteurs d’engrais.

Les perspectives de la potasse sont optimistes, avec une demandealimentée par le Brésil, la Chine et d’autres pays d’Asie. Dans cetenvironnement, la tendance à la hausse des prix devrait se maintenir. En fait,les prix de valorisation inscrits à l’étranger en juin représentent une haussed’environ 12 $ la tonne par rapport à la moyenne du deuxième trimestre et,parce que la Société continue de réaliser le plein impact des hausses de prixnégociées plus tôt dans l’exercice, les prix de valorisation devraient denouveau grimper. Bien que le fret affichait une hausse dans certains marchés àla fin du mois de juin, cet élément demeure imprévisible.

Tout comme la potasse, l’azote a gagné du terrain au deuxième trimestre.A la fin juin, les prix de valorisation de l’ammoniac surpassaient la moyennedu deuxième trimestre de plus de 20 $ la tonne, et les prix poursuivent leurélan à la hausse en juillet. Les prix du gaz naturel aux Etats-Unis devraientdemeurer élevés, ce qui risque de nuire au redressement de la capacité auxEtats-Unis et pourrait entraîner des fermetures additionnelles. La nouvelleproduction concurrentielle à la Trinité devrait atteindre le marché à la findu troisième trimestre. Cependant, celle-ci sera vraisemblablement neutraliséepar les délais d’exécution estivaux et la forte demande anticipée. Sur lemarché international, la demande pour l’urée, en particulier en Amériquelatine, a poursuivi sa croissance, en raison du niveau élevé des prix desproduits de base à l’échelle mondiale.

De juillet à décembre 2004, environ 90 % du gaz de PotashCorp étaitcouvert pour environ 3,20 $ le million de Btu. Aux prix en vigueur, la valeurde ces opérations de couverture se situe à quelque 22,0 millions $. La Sociétéaugmente également de 132 000 tonnes sa capacité de production d’ammoniac à laTrinité, à un coût total d’environ 30,0 millions $. Plus de la moitié de cettecapacité additionnelle devrait être disponible au premier trimestre 2005,tandis que la capacité restante le sera au troisième trimestre 2005.

A la fin du deuxième trimestre, un bond dans la demande pour les engraissolides a épuisé les stocks de phosphate en Floride, ce qui pourrait imprimerun élan et un redressement modeste pour le second semestre. La Société estimeque la part du lion de cette amélioration sera liée aux phosphates fourragers,des hausses des prix et des baisses des coûts des matières premières étantattendues. Les activités industrielles devraient demeurer en tête de la gammede produits à base de phosphate.

Etant donné la conjoncture favorable du secteur, la Société anticipemaintenant un bénéfice de l’ordre de 4,25 $ à 4,75 $ l’action pour 2004. Cesprévisions supposent que le taux de change du dollar canadien demeurera stableà 1,2924, soit le taux en vigueur au 31 décembre 2003. Ce bénéfice généreraitdes rentrées liées aux activités d’exploitation de 500 millions $ à530 millions $. Pour le troisième trimestre, le bénéfice devrait se situerdans une fourchette de 1,00 $ à 1,20 $ l’action, supposant le même taux dechange. Chaque variation d’un cent de la valeur du dollar canadien en regarddu dollar américain a une incidence d’environ 0,03 $ l’action sur le gain oula perte de change, bien que cet impact soit principalement hors trésorerie.

Les perspectives relatives aux dépenses en immobilisations pour 2004 sontinchangées. Elles se situent à environ 205,0 millions $, y compris l’expansionà la Trinité. L’amortissement devrait atteindre approximativement230,0 millions $, ce qui représente une hausse par rapport aux220,0 millions $ prévus initialement, en raison de la dépréciationadditionnelle des activités liées à la potasse, car la production sera plusélevée que prévu à l’origine.

PotashCorp anticipe toujours un taux d’imposition réel global d’environ33 % pour l’exercice. Cependant, la répartition entre l’exercice en cours etles exercices subséquents devrait maintenant s’établir à 60/40 au lieu de40/60, en raison des bénéfices plus élevés que prévu tirés des activités liéesà la potasse. Les impôts miniers et autres impôts provinciaux devraientreprésenter environ 21 % de la marge brute totale de la potasse pour le restede l’exercice.

Conclusion
M. Doyle a conclu en ces termes : « Nous reconnaissons la natureessentielle et à long terme de nos activités. Notre confiance dans notrestratégie à long terme, dans notre effectif et dans notre secteur d’activitése reflète dans l’annonce de notre fractionnement d’actions et de la hausse denotre dividende, plus tôt ce mois-ci. La population mondiale est en pleineexpansion. Elle veux manger mieux et davantage. Or, PotashCorp est enexcellente position pour satisfaire à cette demande, à l’avenir et dèsaujourd’hui. En étendant notre production à faible coût de la potasse et del’azote, nous améliorerons davantage notre position. Nous développerons cettebase et rechercherons des acquisitions qui consolident notre force, surtout auchapitre de la potasse, pierre angulaire de nos activités. »

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Potash Corporation of Saskatchewan Inc.
http://www.potashcorp.com

Commentaires