Verse à la récolte : les champs sensibles d’abord

Chatham (Ontario), 10 octobre 2002 – Un été sec a mis à l’épreuve la qualité des tiges de maïs dans plusieurs partie du Québec et de l’Ontario. Afin de minimiser les pertes à la récolte suite à la verse, les producteurs devraient examiner leurs champs dès maintenant et récolter d’abord les champs les plus sensibles à la verse.

Des périodes prolongées de temps sec réduisent la quantité de produits de

photosynthèse que peuvent produire les plants de maïs. Lorsqu’il y a
sécheresse au moment du remplissage du grain, une grande partie des glucides
produits va au grain, laissant la tige en situation de carence d’énergie. Le
plant de maïs va aussi réagir en transportant des glucides des tiges vers le
grain pour contribuer au remplissage, pouvant même aller jusqu’à détruire
l’intégrité et la solidité de la tige. Lorsque cela se produit, les tiges
deviennent très sensibles à des organismes opportunistes, comme ceux qui
provoquent la pourriture de la tige.

« Les champs de maïs à haut potentiel de rendements sont plus sensibles aux
pourritures de la tige parce que ce maïs demande une grande quantité de
produits de photosynthèse », dit Glen McDonald, agronome chez Pioneer
Hi-Bred limitée. « Les producteurs doivent visiter leurs champs et

identifier ceux où la qualité des tiges est médiocre, et ils doivent se
préparer à les récolter plus tôt. »

M. McDonald suggère une de deux différentes techniques de dépistage.

  • Commencer le dépistage deux à trois semaines avant la date
    prévue de la récolte.

  • Détectez les tiges faibles en :
    • Pinçant les tiges juste au-dessus du sol. Si elles s’écrasent, la qualité de la tige est médiocre.
    • Poussez le plant sur le côté, sur une distance de 25 à 30 à la hauteur de l’épi. Si la tige s’écrase à la base ou ne revient pas à la position verticale, la verse peut être un problème.
  • Vérifiez 20 plants dans chacune de cinq zones du champ. Si
    vous trouvez plus de 20 à 30 pour cent de plants dont la tige est de qualité
    médiocre, prévoyez récolter le champ plus tôt.

    « Ne laissez pas les teneurs élevées en humidité retarder la récolte », dit
    M. McDonald. « Dans de nombreux champs cette année, vous ne pouvez pas
    attendre que le maïs ait atteint 20 pour cent d’humidité. Vous allez perdre
    plus de rendement dans ces champs que vous économiserez sur le séchage. »

    Établie en 1946, Pioneer Hi-Bred limitée est la première compagnie de
    semences au Canada et filiale à propriété exclusive de Pioneer Hi-Bred
    International, Inc., une filiale DuPont, et leader mondial des fournisseurs
    de génétique agricole et un développeur et intégrateur innovateur de
    technologies associées. À partir de son siège social de Chatham en Ontario
    et de celui de Des Moines en Iowa, Pioneer développe, produit et
    commercialise une gamme complète de semences, d’additifs pour grains et
    fourrages et de services aux agriculteurs et aux éleveurs, aux
    transformateurs de grain et autres clients d’utilisation finale. Les
    produits sont distribués au Canada d’un océan à l’autre par un réseau de 200
    professionnels des ventes Pioneer.

    Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

    DuPont Canada – Produits agricoles

    http://www.dupont.ca/ag/

    Pioneer Hi-Bred Limitée

    http://www.pioneer.com/canada/

    Commentaires