Yvon Vallières prend le pouls du secteur des pêches et de l’aquaculture

Québec (Québec), 26 juillet 2005 – Le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, M. Yvon Vallières, effectue une tournée en Gaspésie. Son itinéraire le mènera de Rivière-au-Renard à Grande-Rivière et sa route sera ponctuée de visites d’entreprises et de nombreuses rencontres avec des acteurs du milieu de la pêche et de l’aquaculture.

De passage pour la première fois en Gaspésie depuis sa nomination à titre de ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, M. Yvon Vallières rencontrera, pendant son séjour, divers représentants de l’industrie. Ainsi, la pêche, l’aquaculture, les biotechnologies marines, la transformation des produits marins et la mise en valeur de l’industrie seront des sujets abordés dans les discussions qui se tiendront tout au long de ce parcours.

Reconduction du Programme conjoncturel d’appui financier aux entreprises de pêche
Sensible aux besoins des entreprises de pêche, le ministre Yvon Vallières annonce qu’il reconduit pour l’année financière 2005-2006 le Programme conjoncturel d’appui financier aux entreprises de pêche. Une enveloppe de 400 000 $ est ainsi réservée pour soutenir les entreprises touchées par la diminution des captures de morue et l’effondrement de certains stocks de crabe des neiges dans le golfe du Saint-Laurent.

« Même si l’industrie de la pêche commerciale a pu faire face à cette conjoncture en se tournant, entre autres, vers les crustacés et les espèces sous-exploitées pour contrer le déclin des espèces traditionnelles, plusieurs pêcheurs demeurent encore aujourd’hui dans une situation difficile. C’est pourquoi notre gouvernement continuera de soutenir ces pêcheurs pour la prochaine année afin qu’ils puissent conserver leurs entreprises dans l’attente d’une reprise ou d’une diversification de leurs activités », a précisé le ministre Yvon Vallières.

Ainsi, les dispositions du programme prévoient une aide financière aux entreprises de pêche contraintes par les faibles contingents de morue, à celles dont la zone de pêche au crabe des neiges a été fermée ou marquée d’une baisse importante des contingents de même qu’à celles dont les allocations temporaires de crabe des neiges ont été éliminées.

À ce programme s’ajoute une mesure d’allègement temporaire du remboursement des prêts. Celle-ci s’adresse aux entreprises de pêche bénéficiant d’un prêt ou d’une garantie de prêt gouvernemental. Elle propose aux entreprises une retenue minimale de 18 % de leurs revenus bruts, au lieu des 25 % qui sont appliqués habituellement.

Bilan des interventions financières
Le ministre Yvon Vallières a profité de sa présence en Gaspésie pour dresser un bilan positif des interventions du Ministère depuis juin 2003. Ainsi, plus de 3,8 millions de dollars ont été engagés par le MAPAQ en Gaspésie, ce qui a permis de générer des investissements totaux d’au-delà de 9,2 millions de dollars qui ont appuyé la création ou la consolidation de 319 emplois directs par la réalisation :

  • de 33 projets (2,6 millions de dollars) de soutien à l’industrie, pour des investissements totaux de 6,8 millions de dollars;
  • de 29 projets (1,2 million de dollars) de recherche et développement (R-D), d’adaptation technologique et de réseautage, pour des investissements totaux de 2,4 millions de dollars.

De plus, des garanties de prêt pour la construction ou la rénovation de bateaux et l’achat de contingents ont entraîné des investissements totaux de 26,2 millions de dollars par 44 entreprises de pêche. Ces investissements ont notamment permis :

  • la consolidation de 119 emplois (dans les chantiers maritimes et les entreprises de pêche);
  • la réduction des frais financiers de plus d’un demi-million de dollars pour les entreprises de pêche.

À partir de la Gaspésie, le MAPAQ joue un rôle de catalyseur de l’innovation dans le domaine des pêches et de l’aquaculture pour l’ensemble du Québec, et ce, grâce à un centre administratif décisionnel et un centre de R-D en transformation situés à Gaspé ainsi qu’à un centre de R-D en aquaculture à Grande-Rivière.

Le MAPAQ anime un dynamisme scientifique très soutenu dans une région qui n’a pas d’université sur son territoire. Il y attire des expertises en matière de R-D provenant d’ailleurs au Québec, en suscitant leur intérêt pour les défis de l’industrie.

Précisons que la participation du MAPAQ dans ce secteur d’activité s’inscrit dans les priorités de son Plan stratégique 2005-2008, plus particulièrement en ce qui a trait au volet « Développement économique et régional ». Alors que le développement économique des pêches et de l’aquaculture en collaboration avec l’industrie et les acteurs régionaux fait partie de ses priorités, le Ministère met tout en ouvre pour, entre autres choses, favoriser la diversification et accroître la valeur ajoutée des produits et pour maintenir son soutien à la recherche et à l’innovation technologique afin de relever les défis de l’industrie.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)
http://www.mapaq.gouv.qc.ca

Commentaires