Avez-vous déjà été victime d’un rançongiciel?

Les rançongiciel ou ransomware sont une sorte de virus qui encryptent les données des ordinateurs pour ensuite les rendre inaccessibles à leurs utilisateurs. Les programmes sont également affectés et les seules façons de récupérer le contrôle de l’ordinateur et ses données est de le réinstaller ou de payer au cyberbriguant la rançon demandée.

Un producteur victime de rançongiciel, ayant heureusement déjà mis en place de bonnes habitudes de sauvegardes, a choisi de ne pas payer la rançon demandée, mais plutôt de rebâtir l’ordinateur et de restaurer les données de la ferme à partir de sauvegardes antérieures. Même si cette ferme a depuis pris certaines actions et précautions pour minimiser le risque d’une éventuelle récidive, il n’en reste pas moins qu’il a subi une perte de productivité, de même qu’une financière reliée au redémarrage de ses services informatiques.

Votre routeur est la porte d’entrée de votre entreprise et devrait recevoir l’attention qu’il mérite. À quand la dernière fois que vous y avez porté attention? Après tout, « tant qu’ça marche » vous me direz… Votre fournisseur de service Internet n’a pas la même opinion et vous encourage fortement à en prendre soin et à garder son logiciel à jour afin de vous protéger des malware potentiellement dommageables de type rançongiciel.

Le remplacement de votre routeur actuel n’est pas nécessairement une alternative, car même si nouvellement acquis, son logiciel est déjà dû pour une mise à jour. Eh oui, les fabricants sortent en moyenne une à deux versions chaque année. Si vous avez la chance d’avoir un technicien informatique à portée de main, demandez-lui donc de faire une mise à jour de votre routeur. Quoiqu’il n’est pas si difficile de faire cette mise à jour soi-même en consultant le site Web de l’assistance technique du fabricant de votre routeur. Il s’agit de suivre les instructions de mise à jour du micrologiciel ou « firmware update ».

Maintenant que votre routeur est à jour, vous devez rester prudent lors de vos échanges électroniques afin de ne pas compromettre la santé de votre parc informatique. L’utilisation d’un antivirus et d’un pare-feu est évidemment requise. Par contre, ceux-ci ne vous offrent pas de protection si vous appuyez sur le bouton « j’accepte » d’une page Internet ou d’une pièce jointe infectée. Un petit secret, si vous vous retrouvez coincé à ne pas savoir comment fermer une page Web ou un programme potentiellement dangereux ou que vous n’êtes tout simplement pas en confiance à peser sur un quelconque bouton, faites le Ctrl-Alt-Del, « Gestionnaire des tâches », sous l’onglet « Processus », sélectionnez le programme offensant, puis avec le bouton droit de votre souris, cliquez « Fin de tâche ». Ce petit truc vous évitera sûrement des situations fâcheuses…

Des producteurs me disent parfois se protéger des virus en utilisant un autre ordinateur que celui de la ferme pour aller sur Internet. En fait, ceci n’offre aucune protection si ces mêmes ordinateurs sont reliés entre eux par réseau. Effectivement, certains virus peuvent contaminer l’ensemble du parc informatique connecté par réseau incluant même les disques de sauvegarde des données s’ils sont restés branchés.

Rien ne remplace le bon jugement lorsque vous ouvrez un programme ou une page Web. Ajouté à cela une bonne politique de sauvegarde des données et vous vous éviterez de fâcheuses et de coûteuses situations.

à propos de l'auteur

Collaborateur

Jean-Louis Dupont, diplômé en technologie par microprocesseur, est concepteur de solutions technologiques et réseautiques depuis plus de 30 ans. Il rédige la chronique Info branché dans le magazine Le Bulletin des agriculteurs.

Commentaires