Un producteur maraîcher vraiment connecté

Tout commence en 2012 alors que Benoît Hervieux et sa conjointe Johanne Gaudet décident de démarrer leur propre entreprise maraîchère. Bien sûr, on pense d’abord téléphone, télécopieur et internet. L’entreprise démarre et rapidement les ambitions technologiques des propriétaires dépassent largement l’offre de service des fournisseurs locaux.

Internet est lent et instable, le téléphone est bruyant et précaire. On doit améliorer l’image du commerce en solidifiant ses communications. Le plan d’affaires propose d’augmenter l’efficacité des opérations alors que l’entreprise a le vent dans les voiles. Que faire alors que même le signal cellulaire n’entre pas dans les bâtiments de la ferme? Les souhaits de Benoît d’une entreprise efficace et connectée semblent compromis… Benoît s’adresse alors à un spécialiste en accompagnement technologique spécialisé en clientèle agricole.

On commence par faire installer un service internet terrestre haute vitesse à huit kilomètres de là chez un producteur ami, puis le service est transporté par antennes spécialisées par deux élévateurs à grains jusqu’à la ferme Benjo. Benoît pense utiliser la téléphonie qu’offre son nouveau fournisseur internet afin de solidifier le service actuel, mais le modem dans lequel se branche le téléphone est à des kilomètres de là! On lui propose alors de transférer ses lignes téléphoniques et fax chez un fournisseur de téléphonie IP, lesquelles seront alors transportées jusqu’à la ferme par les mêmes antennes relais utilisées pour internet. Les résultats impressionnent et Benoît réalise rapidement le potentiel de la technologie IP (Internet Protocol) pour répondre aux besoins de sa ferme connectée.

Nos préférences de communications personnelles ont bien changé ces dernières années au profit des appels cellulaires et messages textes et il en est de même à la ferme Benjo. À son arrivée matinale à la ferme, quelques courriels et fax mobilisent Benoît au bureau, puis un texto s’annonce et un second provenant d’un employé requérant son assistance, ensuite c’est un appel cellulaire d’un client pour une commande importante. Benoît doit répondre aux demandes et ne peut plus rester sur place.

Dans un environnement idéal, l’oreillette Bluetooth de son cellulaire bien ancrée à l’oreille, notre producteur moderne répondrait à ses appels clients et vérifierait l’exactitude de ses inventaires, assisterait ses employés, consulterait ses textos et ses fax et répondrait aux courriels tout en se déplaçant dans son entreprise ou en étant au volant d’une machine agricole quelconque. Avec l’arrivée du LTE/4G en début de décennie, on sait qu’il est depuis possible (si supporté par les bons applis et services) de répondre aux exigences en mobilité de Benoît, mais seulement où il y a couverture cellulaire, ce qui n’est pas le cas chez Benjo où le signal a peine à traverser les murs d’acier des différents bâtiments… On pense alors utiliser le service « Appel-Wi-Fi » du fournisseur cellulaire afin de transporter appels et texto par le réseau Wi-Fi du producteur. Il ne reste plus qu’à couvrir en Wi-Fi l’ensemble des bâtisses.

Assisté de son spécialiste en accompagnement technologique, près de dix points d’accès Wi-Fi unifiés sont installés dans l’entreprise afin d’assurer la couverture uniforme nécessaire au bon fonctionnement du service « Appels Wi-Fi » lors du passage entre antennes Wi-Fi et cellulaires. Le résultat est stupéfiant! Le personnel de la ferme peut maintenant se promener partout à l’intérieur et à l’extérieur de l’entreprise, sans jamais interrompre les conversations téléphoniques en cours.

Bonus

Le travail requis pour répondre aux besoins des communications de l’entreprise terminé, Benoît réalise toute la puissance de son réseau IP et maximise l’investissement en y ajoutant des caméras dans tous ses bâtiments pour y surveiller les opérations, les inventaires et les accès. Des écrans « Video Wall » sont installés aux endroits stratégiques par le réseau IP afin d’assurer une surveillance continue des activités.

Cette entreprise maraîchère est très sensible au contrôle thermostatique de ses entrepôts où y est entreposée sa matière première. Une surveillance appropriée des températures est névralgique au succès économique de la ferme. Encore une fois, le réseau IP est sollicité pour transporter l’affichage des températures ainsi que gérer les alarmes en cas de pannes.

Johanne aussi bénéficie de la capacité du réseau IP qui permet le télétravail tout en facilitant une présence maternelle auprès de leur fille Emma. Les propriétaires sont aujourd’hui comblés de voir leur entreprise se moderniser et du même trait, améliorer leur qualité de vie.

à propos de l'auteur

Collaborateur

Jean-Louis Dupont, diplômé en technologie par microprocesseur, est concepteur de solutions technologiques et réseautiques depuis plus de 30 ans. Il rédige la chronique Info branché dans le magazine Le Bulletin des agriculteurs.

Commentaires