77% moins de glyphosate

On a réduit la quantité de glyphosate appliqué de 77% en travaillant mieux avec notre deuxième rampe de pulvérisateur

Pour réduire la quantité d’herbicides appliqués, il s’agit de faire un dépistage plus précis et de séparer les herbicides compagnons. Comment? En travaillant plus stratégiquement avec notre deuxième rampe sur notre pulvérisateur. Eh oui, en 1997, quand on a fait l’achat de notre pulvérisateur, notre ami Roger nous avait concocté un kit de pulvérisation double sur le même pulvérisateur.

Deux circuits indépendants, deux rampes, deux pompes, une série de cinq jets sur la rampe principale et une série de trois jets sur la deuxième. Tant qu’à y être, on avait eu l’idée de disposer nos jets de la deuxième rampe aux 30 pouces pour effectuer certaines pulvérisations seulement sur le rang en culture. Je peux même interchanger la destination des réservoirs en quelques minutes. Un méchant beau kit!

Je l’utilise de plus en plus pour réaliser des traitements localisés en m’amusant à séparer les herbicides compagnons. Un herbicide compagnon, c’est le produit herbicide qu’on ajoute à la bouillie dans le but d’attraper une certaine mauvaise herbe particulière qu’on veut s’assurer de traiter dans le même passage. On peut penser au Classic dans le soya qu’on ajoute pour atteindre des zones infectées de souchet. Pour le maïs-grain du Distinct pour traiter des zones où la reprise du trèfle est trop dense dans le maïs. Avec tout le débat sur le glyphosate, on a expérimenté l’idée d’en réduire l’utilisation en le traitant comme un herbicide compagnon pour certaine application.

Je me suis organisé pour dépister plus intensément mes champs dans le but de déterminer à quel endroit exactement j’avais réellement des vivaces dans mes champs. J’ai réalisé rapidement qu’elles étaient présentes que dans certaines parties de champs seulement. Dépendamment du stade de la culture, ce n’est pas toujours évident de bien cibler les zones à traiter. Idéalement, ça me prendrait une application pour bien schématiser mes observations.

En attendant, je dois faire un dépistage d’exploration et en refaire un deuxième avant chaque pulvérisation pour vraiment me souvenir des zones à traiter. Résultat : de 5 % à 60 % de surface traitée pour une moyenne de 23 % sur 158 ha au total. Quelque 73 litres appliqués seulement versus 316 litres qui auraient normalement été appliqués. Wow! Ça vaut la peine de me casser la tête! 77 % de réduction de glyphosate pour obtenir le même résultat de contrôle. Je répète assurément l’opération en 2019 en plus d’expérimenter une nouvelle idée de réduction de nos pesticides. Nos objectifs sont élevés. J’espère y arriver et de vous partager mes résultats à l’automne.

 

 

à propos de l'auteur

Agriculteur et collaborateur

Paul Caplette est passionné d’agriculture. Sur la ferme qu’il gère avec son frère en Montérégie-Est, il se plaît à se mettre au défi et à expérimenter de nouvelles techniques. C’est avec enthousiasme qu’il partage ses résultats sur son blogue Profession agriculteur.

Commentaires