Cinq minutes

Ça ne sera pas long! Je ne vous dérangerai pas longtemps. La journée s’annonce chargée, j’imagine pour vous aussi. Mes journées sont programmées aux cinq minutes. Je me réveille cinq minutes avant que le cadran sonne pour ne pas réveiller ma conjointe. Ça la réveille quand même. Que fais-tu debout à 4 h? En fait, le cadran donne 4 h, mais j’avance l’heure de 20 minutes. C’est ma ruse psychologique pour me sentir en retard. « J’ai une grosse journée, une marche à faire, un blogue à écrire et surtout les journées qui viennent à planifier. Je veux surtout être aux champs à la levée du jour. Tout en déjeunant, je consulte la météo rapprochée. J’aime découvrir agrométéo. Je peux y consulter à l’heure près l’évolution de la température de l’humidité et de la progression des vents à venir.

En cinq minutes, je peux déjà planifier que je commencerai par mes pulvérisations d’azote dans le blé pendant la fraîcheur de la matinée. En milieu d’avant-midi, il devrait faire assez chaud pour retourner dans le même champ et faire mon traitement herbicide. Même si la date avance, je ne sens pas le terrain prêt pour le semis. Surtout avec la pluie annoncée jeudi et un minimum de 3 oC. Si je veux que mon semis soit au moins 24 heures dans le sol avant la pluie froide, je devrais semer maintenant ou demain. Je vois encore des zones foncées dans le chemin de ferme, alors imaginez dans le champ!

Il fut un temps où on se disait : « Ah, ce n’est pas grave, c’est seulement le petit rond ou c’est normal, c’est le bord du champ ». Ensuite, on se plaignait du croûtage, etc. À quoi bon faire de l’agriculture de précision si j’handicape mon rendement par mon stress calendrier à moi. C’est le calendrier du sol que je dois respecter. Bon, cinq minutes pour la signature des chèques que ma mère a pris soin de me mettre en évidence sur mon bureau et qui me permettront de sauver un autre cinq minutes. J’y vais, 5 :09 : je me dirige aux champs. Même si on veut tous sauver cinq minutes ici et là, soyons prudents. Bonne semaine!

à propos de l'auteur

Agriculteur et collaborateur

Paul Caplette

Paul Caplette est passionné d’agriculture. Sur la ferme qu’il gère avec son frère en Montérégie-Est, il se plaît à se mettre au défi et à expérimenter de nouvelles techniques. C’est avec enthousiasme qu’il partage ses résultats sur son blogue Profession agriculteur.

Articles récents de Paul Caplette

Commentaires