Dernière pulvérisation 2017

Avec toute la pluie reçue ces derniers jours, c’est difficile d’aller aux champs. Ce matin, il fait chaud comme en été : 15  oC. Ce serait parfait pour brûler le couvert de trèfle. Un coup d’œil sur les prévisions météo et je constate que les journées avec des températures en haut de 10  oC sont inexistantes pour les 14 prochains jours. C’est aujourd’hui ou pas avant 15 jours!

Quinze jours à entrer le pulvérisateur chaque soir pour ne pas qu’il risque de geler… ça ne m’emballe pas! Alors, c’est aujourd’hui qu’il faut y aller. À trop vouloir sauver la chèvre et le chou, je me sens un peu coincé. Encore un peu de bruine qui tombe et le soleil annoncé se fait attendre. Enfin, le voilà! Parle-moi d’une heure pour arriver! Hey, il est 10 h, allume! En plus, on prévoit une chute rapide des températures tôt en après-midi!

Une visite aux champs pour vérifier la portance, je prépare le pulvérisateur, je charge la bouillie et me voilà reparti. Ça me fait un peu mal au cœur de tout détruire ce beau couvert. Mais quand il faut y aller, faut y aller! Le sol porte comme en été tellement le trèfle a tout absorbé les derniers 30 mm de pluie. La température commence déjà à baisser : 14  oC à midi et 10  oC à 16 h. Je termine ma dernière pulvérisation à 8  oC. Et 30 minutes plus tard, on touche 7  oC. Ma dernière pulvérisation 2017 aura été exécutée à la limite de la limite d’efficacité. Je suis loin de mon deux heures minimum pour la dernière partie pulvérisée. Je note dans mon registre des pulvérisations. Efficace ou pas, je l’aurai testé et ça fera partie de mon bagage d’expérience.

 

à propos de l'auteur

Articles récents de Paul Caplette

Commentaires