Derniers semis de blé d’hiver

Ça sent la fin des semis! Terminé les essais compliqués, les variétés de semences sont déjà en terre et bien démarrées. Les premiers semis ont environ 20 cm de hauteur, les suivants 8 cm, alors que d’autres sortent tout juste de terre.

Ça fait 30 jours qu’on est en mode semis. Après la partie qui suit la clôture à neige végétale, dès qu’on sort une récolte de pois fourragé, de haricot ou de soya, on sème systématiquement le blé. Toute la vaisselle est stationnée au bout du champ. Le semoir, la voiture de semence, le « graincar » attendent que Gertrude redémarre. On attend le retour du vent et du soleil espérant tout récolter et mettre le blé en terre avant la pluie prévue. Enfin, on démarre la récolte en prenant bien soin de dégager un petit secteur pour que le semoir puisse démarrer. Ça prend tout le personnel. Gertrude, le semoir, le camion de transport, l’épandeur d’engrais, le pulvérisateur… Ce n’est pas le temps de manquer de semence! Tout est bien rodé et calibré. Il suffit de tenir le temps et d’éviter les bris.

On a terminé notre dernier semis un 13 octobre. Ça semble tard, mais, en général, on réussit quand même de bons résultats à cette date. Le temps est couvert, nuageux et venteux. Gertrude est en forme et je récolte du soya jusqu’à 2 h du matin. Ma vision est trouble, mais mon esprit est bien libéré de savoir qu’on a déjà 20% de nos semis 2018 en terre et plein de promesses. C’est tellement beau, le vert du blé qui se mélange aux mosaïques de couleurs d’automne. Ça nous rappelle qu’il y a toujours de la vie dans notre sol. On est bien parti, tout est en place. Un beau couvert végétal de 16 mois qui s’annonce payant. Il suffit de prendre le temps de m’en occuper.

à propos de l'auteur

Agriculteur et collaborateur

Paul Caplette

Paul Caplette est passionné d’agriculture. Sur la ferme qu’il gère avec son frère en Montérégie-Est, il se plaît à se mettre au défi et à expérimenter de nouvelles techniques. C’est avec enthousiasme qu’il partage ses résultats sur son blogue Profession agriculteur.

Articles récents de Paul Caplette

Commentaires