Ligne de temps

Enfin, un petit ” break “!

Nous avons eu le vendredi 12 janvier plusieurs rapports présentés par le département de l’Agriculture des États-Unis (USDA). Je ne ferai pas un résumé exhaustif des nouveaux chiffres proposés par le USDA, déjà plusieurs articles et chroniques ont été écrits sur le sujet. Disons simplement qu’encore une fois, nous avons eu droit à un message très clair que ” oui “, du grain, il y en a, et pas à peu près. C’est vrai aux États-Unis, comme partout ailleurs dans le monde.

Pour ceux qui veulent en savoir plus concernant les résultats de ces rapports :

Ceci étant dit, j’aime la réaction des marchés suivant la publication essentiellement ” négative ” des nouveaux chiffres du USDA. Si vous avez eu en effet l’occasion de jeter un coup d’œil aux prix à Chicago dans la dernière semaine, malgré cette abondance de grains, les prix n’ont  pratiquement pas bronché cette fois-ci, proposant même un peu de fermeté, surtout le soya.

Oui, nous restons encore à de très faibles niveaux et très près de creux importants. Par contre, personnellement, ce que je lis entre les lignes de cette réaction des marchés, c’est qu’il n’y a tout simplement plus vraiment de ” jus ” pour écraser davantage les prix. Mieux, il semble qu’on tourne maintenant la page sur 2017, une année qui n’aura finalement pas proposé grand-chose de bon pour les prix des grains.

Qu’on se comprenne bien, avec les colossaux volumes de grains que nous avons sous la main présentement, nous avons encore des croûtes à manger avant de retrouver des prix vraiment beaucoup plus intéressants. Pour cette raison, on ne pourrait s’étonner de les voir tirer de la patte encore un certain temps.

Par contre, avec 2017 derrière nous, le compteur est remis à zéro et rapidement dans les prochaines semaines, les marchés reporteront leur attention sur ce qui a de nouveau la capacité de faire bondir les prix :

  • Météo sud-américaine
  • Intentions d’ensemencements américains
  • Météo de début de saison aux États-Unis
  • Consommation record de grains (éthanol, trituration, consommation animale, etc.)

Le marché des grains à Chicago comprend aussi beaucoup de spéculateurs. Je note que ceux-ci détiennent toujours actuellement de très fortes positions vendues. Autrement dit, question d’engranger rapidement des profits, ils misent encore énormément sur un recul supplémentaire des prix pour y parvenir. Par contre, ils pourraient se faire prendre à leur propre jeu, et plus vite qu’on ne pourrait le croire.

Nous sommes actuellement toujours très près de creux importants à Chicago. Comme mentionné précédemment, il m’apparait maintenant beaucoup plus difficile d’envisager un recul supplémentaire important des prix. À l’opposé, alors que le début de saison aux États-Unis se dessine tranquillement à l’horizon, nous verrons très rapidement certaines inquiétudes faire surface côté perspectives pour la prochaine saison. Les spéculateurs seront alors sans aucun forcé de changer leur perception des choses des prix. Parions alors que le vent pourrait alors tourner, et de manière peut-être même très intéressante si des problèmes météo font surface. Il faudra alors être prêt à passer à l’action. En attendant, patience…

– – – – – – – – – – – – – – – – – –
Je débute la semaine prochaine une nouvelle série de formations sur la mise en marché des grains qui sera proposée dans plusieurs régions du Québec. 30-31 janvier, dans le Centre-du-Québec en collaboration avec Mme Nathalie Beauchemin, ensuite 1-2 février, à Beloeil en collaboration avec ProConseil. Vous voulez en savoir plus à ce sujet, Agenda Formation DIX Commandements 2018

à propos de l'auteur

Collaborateur

Jean-Philippe Boucher est agronome, M.B.A., consultant en commercialisation des grains et fondateur du site Internet Grainwiz. De plus, il rédige sa chronique mensuelle Marché des grains dans le magazine Le Bulletin des agriculteurs.

Commentaires