La deuxième vague… On est en plein dedans!

Tout comme la pandémie actuelle, c’est du jamais vu dans l’histoire moderne

La deuxième vague… On est en plein dedans!

Il s’agit d’une véritable seconde révolution numérique après celle d’Internet. Tout comme la pandémie actuelle, c’est du jamais vu dans l’histoire moderne qui se dessine en ce moment même. Propulsé dans l’espace par nos appétits de plus en plus gourmands en matière d’Internet, Elon Musk (le gars des voitures Tesla) commence à lancer en orbite ses quelques milliers de satellites Starlink autour de la terre. Les fournisseurs de services Internet se bousculent à savoir qui sera le premier à distribuer la fibre optique dans un secteur donné pour ainsi en assurer la dominance tarifaire. Les géants de la téléphonie cellulaire sont à déployer la fameuse 5G, qui, à elle seule, requière de multiplier par 100 le nombre d’antennes en ville. Et ça ne fait que commencer!

La deuxième vague du virus Internet arrive à nos portes et le port du masque ne vous protègera pas. Au contraire, on le veut ce virus là et on le veut rapide, très rapide. Également à l’inverse d’un virus biologique, celui d’Internet se propage lentement, très lentement. Le passage des câbles de fibre optique est ralenti par les propriétaires de poteaux qui en refuse l’accès à leurs compétiteurs. Le déploiement de satellites est fastidieux et soumis à d’innombrable restrictions, alors que la 5G requière des investissements de l’ordre du trillion de dollars mondialement.

Mais tout comme l’amplitude de la vague d’un tsunami, celle-ci est de beaucoup diminuée lorsqu’elle arrive loin des villes côtières, soit en régions, dans nos secteurs agricoles. Mais gare à vous! Elle arrivera bientôt et inondera nos champs de nouvelles technologies numériques.

Je rencontre depuis déjà quelques temps des producteurs agricoles qui, au réveil avant d’aller aux champs, regarde devant chez eux si la fibre optique ne brillerait pas plus que le soleil levant. Encore trop souvent, la réalité en région est décevante en ce qui a trait à internet haute vitesse. Le gouvernement Legault avait pourtant promis d’offrir internet haute vitesse en régions avant la fin de son mandat. Dossier à suivre.

Et de ce côté-ci du poteau, chez nous, dans nos installations agricoles, sommes-nous prêts à recevoir internet haute vitesse? Je croise encore régulièrement des producteurs installés avec des routeurs domestiques distribués en chaîne partout dans leurs fermes en croyant ainsi offrir un Wi-Fi performant. Il n’en est rien. Bien au contraire, des interférences, des coupures de services et des lenteurs en résulte.

Jusqu’à ce jour, les produits Wi-Fi étaient de vitesses nettement supérieures aux forfaits internet disponibles. L’arrivée d’internet haute vitesse brisera cet équilibre pour qui veux bénéficier au maximum des nouvelles performances.

Plusieurs normes ont vu le jour au fil du temps. Passant de 11 mégabits par seconde (Mbit/s) à 54 Mbit/s, puis à plus de 600 Mbit/s, ces normes ne suffisent plus à livrer sans fil les nouveaux forfaits internet. En effet, certains fournisseurs de services offrent aujourd’hui des vitesses de 1000 Mbit/s, voire même 1500 Mbit/s. Les normes Wi-Fi doivent suivre et offrir des produits et services capables de telles performances. Pour ce faire, les nouvelles normes Wi-Fi utilisent des fréquences plus élevées qui couvrent de moins grandes distances, donc nécessitent plus d’antennes. Si vous voyez ici une similitude avec la distribution des antennes cellulaires 5G, bravo!

Vous aurez également compris qu’aujourd’hui en réseautique agricole, on est bien loin des fils électriques torsadés d’antan et des routeurs Wi-Fi pour la maison. Les fabricants de produits et services en agriculture dépendent d’une performance minimale et stable de l’internet, au même titre que nos communications professionnelles et familiales l’exigent. Il est donc primordial de porter une attention particulière à nos installations sans fil avant d’investir à regret dans des produits qui ne sauraient répondre aux nouvelles exigences.

Je vous suggère de consulter un spécialiste en la matière avant de vous lancer dans un tel projet! L’investissement initiale d’une bonne installation sans fil faite par un professionnel n’est pas plus dispendieuse à moyen terme qu’une installation de fortune et elle vous rendra un jour satisfaction, performance et tranquillité d’esprit pour vaguer à vos vraies obligations, celles d’entrepreneurs agricoles.

à propos de l'auteur

Collaborateur

Jean-Louis Dupont

Jean-Louis Dupont, diplômé en technologie par microprocesseur, est concepteur de solutions technologiques et réseautiques depuis plus de 30 ans. Il rédige la chronique Info branché dans le magazine Le Bulletin des agriculteurs.

Commentaires