Quels nouveaux rendements proposera le USDA : les dés sont lancés!

La saison 2017 aura été forte en émotion jusqu’ici. C’est vrai dans les champs au Québec, comme dans plusieurs autres régions au Canada et aux États-Unis.

Reflétant bien les conditions météo très variables cette année, on ne peut dire que les prix des grains n’auront pas été nerveux à la bourse, spécialement en juillet dernier avec la vague de chaleur et la sècheresse qui a frappé le Midwest et le nord des Plaines américaines. Elle persiste d’ailleurs toujours dans certains secteurs.

Avec de telles conditions, il apparaît pratiquement impensable que les rendements américains en maïs et soya soient à la hauteur des premières estimations du Département de l’Agriculture des États-Unis (USDA) établies au printemps dernier : 170,7 boisseaux/acre dans le maïs, 48 boisseaux/acre dans le soya.

C’est d’ailleurs ce que semble croire nombre d’analystes qui, avec impatience, attendent cette semaine de nouveaux chiffres importants du USDA. C’est en effet ce jeudi à midi que l’instance américaine présentera son rapport mensuel d’offre et demande de grains.

Déjà que cette année, on s’attendait à des rendements sous les niveaux record de l’an dernier (maïs 174,6 bo./acre et soya 52,1 bo./acre) , il va sans dire qu’un recul supplémentaire ne manquerait pas de supporter davantage les prix pour les prochains mois.

À partir d’ici, la grande question demeure néanmoins : « À quel point doit-on s’attendre à d’éventuelles révisions à la baisse cette semaine? »

En réalité, de mon expérience, je ne compte plus le nombre de fois que le USDA nous aura et aura surpris les analystes avec ses chiffres de manière positive comme négative. Pour répondre à cette question, quelques statistiques s’imposent.

Si on jette un coup d’œil aux dernières années depuis 2000 et qu’on compare les ajustements aux rendements réalisés par le USDA de son rapport mensuel de juillet à celui d’août, on peut déjà relever certains éléments intéressants (voir graphique).

Il faut tout d’abord souligner qu’en moyenne, depuis 2000, le USDA revise plus rarement à la baisse qu’à la hausse le rendement du maïs de juillet à août dans son rapport. Sur 16 années, ce ne sera survenu que 7 fois.

De ces 7 occasions, on retient que deux sont des années exceptionnelles de sècheresse et problèmes météo, 2002 et 2012. Bien que cette année aura certainement eu son lot de problème pour les cultures de maïs en juillet aux États-Unis, on retient que la situation n’a certainement pas été aussi dramatique qu’en 2002 et 2012.

Sur 16 années, ceci nous laisse avec seulement 5 années qui « pourraient » davantage s’apparenter à cette année en terme de réduction de rendement de juillet à août pour une moyenne d’ajustement à la baisse de -3,9 boisseaux/acre. En principe, nous passerions donc d’un rendement moyen de 170,7 à 166,8 boisseaux/acre. Ce résultat s’apparente effectivement aux prévisions des analystes à en moyenne 166,2 boisseaux/acre.

Personnellement, j’endosse par contre l’idée que le USDA ne sera pas aussi « dramatique » dans sa réduction du maïs que certains ne le croient. En réalité, bien que plusieurs États américains ont été touchés par la vague de chaleur et sècheresse de juillet, plusieurs États avaient encore à ce moment de bonnes réserves d’eau dans le sol. C’est sans compter que plusieurs États américains ont aussi affiché d’excellentes conditions pour les cultures de maïs toute la saison, avec un encore un bon potentiel de rendement pour cet automne.

Pour le soya, on retient que le USDA n’a jamais en 16 ans réduit son rendement en maïs sans réduire celui en soya. De plus, il est plus commun d’assister à une réduction du rendement du soya (54% des 16 dernières années) que de celui du maïs. Même avec le retour de conditions plus favorables pour les cultures de soya aux États-Unis ce mois-ci, un ajustement à la baisse du rendement américain apparaît donc inévitable.

À l’image du maïs, si on exclut des années particulières comme 2002 et 2012, on obtient une réduction moyenne des rendements de -0,34 boisseau/acre à 47,6 boisseaux/acre, très légèrement au-dessus de la moyenne des prévisions des analystes de 47,5 boisseaux/acre.

De mon avis, encore ici, on doit par contre mettre un bémol à ce chiffre. Les cultures de soya n’ont pas été autant affectées par les conditions difficiles de juillet que le maïs qui étaient alors au stade de la pollinisation. J’aurais donc tendance à pencher en faveur des analystes qui voient le rendement en soya davantage à 47,7-47,8 boisseaux/acre.

Dans tous les cas, autant pour le maïs que le soya, le dernier mot reviendra assurément au USDA ce jeudi à midi. Nous pouvons par contre nous attendre à de brusques variations des prix à la bourse, surtout si le USDA surprend. Par habitude, ceux qui seraient tentés ensuite de tirer des conclusions prématurées sur la direction des prix devront patienter quelques heures, que les résultats soient positifs ou non, le temps que la poussière retombe et que les marchés digèrent les nouveaux chiffres du USDA.

à propos de l'auteur

Commentaires