Désinfection, parasites et insectes pour les fraises

De nombreux producteurs de fraises et d’organismes impliqués dans la cultures de petits fruits ont participé au 8e symposium nord-américain sur les fraises, qui se tenait cette année en Californie. Pam Fisher, spécialiste de la culture des petits fruits au ministère ontarien de l’agriculture (MAAARO) s’y est rendu et a fait un compte-rendu de l’événement qui a lieu tous les quatre ans. Au menu de cette édition, plus de 50 conférenciers, avec présentation de 30 affiches et une visite de terrain.

Pam Fischer a retenu plusieurs éléments. Parmi ceux-ci, la désinfection anaérobie du sol qui est devenu un sujet important en Californie. Les producteurs cherchent des solutions de rechange au bromure de méthyle et à d’autres fumigeants du sol au moment où les restrictions concernant ces derniers deviennent plus sévères. La désinfection anaérobie du sol se fait en plusieurs étapes. Les températures du sol sous la bâche devraient atteindre une moyenne de 20 0C à une profondeur de 15 cm (6 po) pendant au moins une semaine. Exécutée correctement, la désinfection anaérobie du sol contribue à réduire les maladies des plantes dues à des agents pathogènes du sol comme verticillium.

De nombreux sites internet offrent aussi des sources d’information sur la lutte antiparasitaire. C’est le cas des pages Web des comtés de Ventura, San Luis Obispo, Santa Barbara et Santa Cruz en Californie qui donne de l’information pour les producteurs, en anglais et en espagnol (cecountyname.edu). Le blogue de Mark Bolda http://ucanr.edu/blogs/strawberries_caneberries/(en anglais seulement) est particulièrement recommandé pour les producteurs de petits fruits, ainsi que les exposés présentés à de récentes rencontres locales sur les petits fruits www.ucanr.edu/meetingpresentations (en anglais seulement) ou la vidéo d’Oleg Daugovish ( en anglais seulement) sur la désinfection anaérobie des sols http://ceventura.ucanr.edu/Com_Ag/Strawberry/.

Les producteurs de la Californie font aussi face à des problèmes d’insectes liés aux conditions de sécheresse, tels que le tétranyque à deux points et une espèce plus récente, le tétranyque de Lewis. Les produits plus anciens sont moins efficaces en raison du développement d’une résistance aux acaricides. Les producteurs utilisent des insecticides et des aspirateurs à insectes contre une sorte de punaise (hétéroptère miride), une espèce apparentée à la punaise terne qu’on retrouve dans l’Est. Les producteurs utilisent des aspirateurs d’insectes, plus ou moins efficaces puisqu’ils ne capturent qu’une faible proportion de la population à chaque passage, ce qui fait que les producteurs doivent les utiliser deux fois par semaine. Des chercheurs tentent de trouver des moyens d’améliorer l’efficacité de ces coûteux appareils.

Pour lire le résumé du symposium en entier: Points saillants sur le 8e symposium nord-américain sur la fraise

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires