L’heure est au bilan pour les prairies

L’hiver particulièrement vigoureux et tenace a créé de nombreuses inquiétudes quant à la survie des plantes fourragères

*L’hiver particulièrement vigoureux et tenace, si je me fie à ce matin, a créé de nombreuses inquiétudes quant à la survie des prairies. Le couvert neigeux a en effet cédé sa place à de bonnes couches de glace en certains endroits. Plus que jamais, il est essentiel d’aller voir ses champs avant toute prise de décision quant à la stratégie à choisir pour s’assurer un approvisionnement suffisant en fourrage de qualité.

Articles connexes

En premier lieu, vérifiez les plants, en particulier la luzerne, en examinant la racine primaire. La même logique s’applique aussi pour les graminées.

  • Est-elle ferme et en santé ?
  • Est-elle brune, déshydratée, en train de mourir et dégage-t-elle une mauvaise odeur n? Morte ou en voie de l’être ?

 

Évaluez aussi le peuplement, ici pour la luzerne

Âge du peuplement               plants/pi2

.Nouveau semis                       20 et +

.Année 1                                  12-20

.Année 2                                  8-12

.Année 3 et plus                      5 et –

 

Tiges par pi2                          Potentiel de rendement

.55 ou plus                               100%

.40-50                                      75-92%

.Moins de 40                           peuplement trop faible pour être conservé

 

Selon votre décision, vous pourrez décider de laisser la prairie telle quelle, la densifier par un sursemis ou effectuer une rotation des cultures.

Si vous optez pour une densification par sursemis, l’option privilégiée étant le semis direct, vous devrez vous poser quelques questions de base avant de choisir les espèces impliquées :

Quel besoin voulez-vous combler immédiatement ?

  • De l’énergie ? De la protéine ?

Sur quelles bases partez-vous ?

  • Un champ avec une bonne population en légumineuses ?
  • Juste un champ de graminées ?

Combien de temps voulez-vous conserver le champ ?

  • Un an ? deux ou trois ? ou plus ?

Si vous tentez de resemer de la luzerne, dans un peuplement âgé de moins d’un an, il est préférable de passer la herse à disques pour atténuer les risques d’autotoxicité autrement, il est plus avisé de sursemer avec d’autres espèces ou d’effectuer une rotation pour profiter des crédits de la légumineuse.

Et surtout, ne négligez pas le chaulage et la fertilisation.

*Texte réalisé en collaboration avec le Conseil québécois des plantes fourragères. Les propos exprimés dans le texte relèvent toutefois de l’auteur et n’engagent pas le CQPF.

à propos de l'auteur

Jean-François Bouchard's recent articles

Commentaires