Le maïs de petite taille, la voie de l’avenir?

Comment augmenter l’endurance des cultures de maïs face aux changements climatiques et plusieurs autres défis en agriculture? Bayer pense avoir trouvé  une solution à ces problèmes avec la mise au point d’un maïs plus court, cultivé de manière plus dense. Il s’agit selon le semencier de la voie d’avenir à suivre.

La société travaille déjà avec des producteurs commerciaux au Mexique et prévoient déployer une gamme d’hybrides de maïs de petite taille aux États-Unis, en Europe et dans la région Asie-Pacifique. Présentées lors d’un webinaire, le semencier pense que les variétés de maïs nain seront un grand succès. Faire en sorte que le maïs soit plus court que la hauteur actuelle des variétés cultivées aura de nombreux avantages. Entre autres, un nombre de plants plus élevé par acre et des rangées plus serrées protègent mieux le sol. Un accès à de la machinerie au-dessus des cultures tout le long de la saison donne également une chance aux agriculteurs de mieux surveiller leurs cultures tandis que les intrants ont plus de chance d’être efficaces. En somme, ce type de maïs devrait mieux fonctionner à la fois pour les agriculteurs et pour l’environnement, avance Bayer.

La première marque de maïs de petite taille, appelée Vitala, est actuellement cultivée commercialement au Mexique. Un agriculteur mexicain a déclaré que le plus grand avantage du maïs de petite taille «ultra-dense» est selon lui sa résistance à la verse. Contrairement aux cultures de haute taille avec des rangs espacés largement, ce qui peut poser de nombreux problèmes aux producteurs de maïs, la culture de plants de petite taille n’a pas causé de problèmes de verse.

Les producteurs de maïs mexicains font face à de nombreux problèmes avec le réchauffement climatique qui amplifient les problèmes liés à la sécheresse, en plus d’une perte de terres agricoles avec l’urbanisation. C’est pour ces raisons que Bayer a décidé de tester son maïs nain dans la région afin de vérifier si sa variété plus résistante passait le test. Les développeurs de semence souhaitaient offrir une solution à la fois au développement économique et aux changements climatiques. Le maïs nain offre le potentiel de mieux détecter les problèmes dans la canopée, ce qui est plus difficile avec les variétés de haute taille. Il serait plus facile d’accès à la machinerie pour les diverses opérations comme la pulvérisation ou l’application d’engrais, ce qui permettrait une meilleure utilisation des ressources, fait valoir Bayer. En étant plus dense, le sol est aussi moins exposé et moins propice à l’apparition des mauvaises herbes.

L’objectif de Bayer est d’introduire en premier ce type de maïs au Mexique pour ensuite l’offrir à d’autres régions du monde. Le maïs cultivé au Mexique a été développé de manière conventionnelle, mais d’autres versions (biotechnologiques et génétiques) sont prévues. La nature du maïs de petite taille offert à chaque région du monde sera basée à la fois sur les facteurs agronomiques et réglementaires de chacune d’entre elles.

Le maïs de petite taille destiné au commerce pourrait être disponible aux États-Unis d’ici le milieu de la décennie, mais de nombreuses étapes restent à franchir.

Dans le cadre de sa politique de développement durable, Bayer a comme objectif de réduire de 30% les émissions de gaz à effet de serre provenant des cultures, ce que le  développement de cultures comme le maïs de petite taille devrait permettre d’atteindre.

Source: The Western Producer (traduit de l’anglais)

 

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires