Le soya aurait la cote en 2016 au Canada

Contrairement aux États-Unis, les producteurs canadiens auraient l’intention de miser sur le soya. Selon les projections d’Agriculture Canada la campagne agricole 2016-2017, la superficie semée en soya atteindra 5,62 millions d’acres, une hausse de près de 4 % comparativement à l’année précédente. Les superficies consacrées au maïs devraient par contre reculer de 3,7% à 3,15 millions d’acres.

Agriculture Canada estime à 5,8 millions de tonnes la production de soya pour la prochaine récolte, soit une baisse de 8 %. La baisse s’explique par un retour à la normale des rendements après une année exceptionnelle en 2015. Selon les projections, l’offre totale reculerait de 9%. L’organisme fédéral prévoit aussi que les exportations de soya et les volumes triturés au Canada diminueront en 2016-2017, de même que les stocks de fermeture.Les prix du soya demeureront les mêmes que l’année passée, à 395-435 $/tonne

Pour le maïs, Agriculture Canada explique la diminution par les grandes quantités de semées de blé d’hiver en Ontario. Les surfaces consacrées à la céréale s’élèveraient à 1 million d’acres, contre seulement 675 000 acres une année plus tôt. La popularité des autres types de cultures au pays expliqueraient aussi ce recul du maïs.

En se basant sur des rendements moyens, Agriculture Canada prévoit une production de maïs en 2016 de 12,1 millions de tonnes, une baisse de 11 % par rapport à l’année précédente. En jumelant les données sur les superficies semées et le rendement, les importations devraient augmenter de 33 %, pour atteindre 1,6 million de tonnes. La demande serait alimentée par une augmentation de la production d’éthanol et des besoins pour un usage industriel et fourrager.

Agriculture Canada s’attend de plus à une diminution des exportations de l’ordre de 29 % à cause de l’offre totale moindre et des stocks mondiaux de maïs élevés. D’après les projections, les stocks reportés diminueront de 22 % pour s’établir à 1,6 million de tonnes, près des moyennes des 5 et 10 années précédentes.

Compte tenu des niveaux de base moyens, on s’attend à ce que le prix du maïs à Chatham, en Ontario, reste inchangé par rapport à l’année de commercialisation en cours (170-200 $/tonne).

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires