L’importance de la première coupe : qualité versus rendement

Source: Christian Duchesneau

*Historiquement la première coupe de luzerne représente celle qui a le rendement le plus élevé de la saison.

Figure 1. Qualité fourragère vs quantité. Figure de Kim Cassida, MSU.

Le vieux cliché, "on ne se remet jamais d'un bon ou d'un mauvais départ", est très vrai pour la culture fourragère de la luzerne. La luzerne est une légumineuse qui fournit un excellent mélange de fibres, de protéines et d'énergie. Lorsqu'elle est récoltée au moment opportun, la luzerne peut fournir une alimentation d'excellente qualité. Récoltez trop tard… et le résultat donne un fourrage de moins bonne qualité avec un rendement plus élevé. Récoltez trop tôt… et le résultat donne un fourrage de haute qualité mais un rendement réduit et une longévité réduite du peuplement. Bien que chaque producteur puisse vouloir récolter au « point optimum » entre la qualité et le rendement, il y a toujours un compromis entre la qualité, le rendement et la persistance en fonction du moment de la coupe (Fig. 1).

La luzerne est suffisamment polyvalente pour être utilisée par la plupart des exploitations d'élevage de diverses manières. Par conséquent, la qualité aura un impact significatif sur la façon dont les animaux réagissent, par exemple, en produisant des kilos de lait pour les vaches laitières, des kilos de gain pour les génisses ou les bouvillons en croissance, ou le maintien de la condition corporelle pour les vaches de boucherie en lactation.

Il est logique de récolter avec un objectif final en tête pour la qualité et le rendement, en fonction du type de bétail nourri. Les performances du bétail et la condition corporelle peuvent être d'excellents marqueurs pour savoir si le fourrage répond aux besoins des animaux. La figure 2 illustre la relation entre la qualité relative des fourrages (RFQ) et les besoins en nutriments de différentes espèces et classes de bétail.

Les producteurs ont largement utilisé la valeur relative des aliments (RFV) pour classer la luzerne à vendre, inventorier et attribuer les lots de fourrage aux groupes d'animaux en fonction de leurs besoins en matière de qualité, ainsi que pour déterminer le moment de la récolte. RFQ est similaire à la RFV mais elle inclut également la fibre digestible dans son équation. Les besoins de qualité fourragère d'une vache laitière à haut rendement sont mieux satisfaits avec la luzerne coupée au stade bouton, tandis que les besoins de qualité fourragère d'une génisse laitière de 18 à 24 mois seront mieux satisfaits avec une luzerne plus mature récoltée au stade 10% floraison.

Figure 2. Différentes espèces d'animaux et besoins en qualité fourragère. Adapté de Undersander, Université du Wisconsin.

Pour illustrer les différences de rendement entre les coupes, les rapports d'essais sur les variétés fourragères de la Michigan State University Extension pour 2015-2017 ont été résumés pour East Lansing, Lake City et Chatham. East Lansing a toujours utilisé un système à quatre coupes pour la luzerne et Lake City et Chatham utilisent un système à trois coupes. Chaque emplacement a son propre climat.

Quand on compare le pourcentage du rendement annuel total par coupe de luzerne pour East Lansing (n = 13), on voit qu’on a utilisé un système à quatre coupes (figure 3). Les rendements moyens des premières coupes étaient de 41 % de la production totale de l’année et de 2,2 tonnes de matière sèche par acre ; 22% et 1,21 tonne de matière sèche par acre pour la deuxième coupe ; 21 % et 1,16 tonne de matière sèche par acre pour la troisième coupe ; et 17 % et 0,91 tonne de matière sèche par acre pour la quatrième coupe.

Figure 3. % de rendement annuel x coupe, East Lansing, MSU, sommaire rendement luzerne 2015-2017.

Lorsque l'on compare le pourcentage du rendement annuel total par coupe de luzerne à la station de recherche de Lake City (figure 4), les rendements (n = 19) sont basés sur des systèmes à trois coupes. Les rendements moyens sont de 49 % et 1,66 tonne de matière sèche par acre pour la première coupe ; 34 % et 1,18 tonne de matière sèche par acre pour la deuxième coupe ; et 17 % et 0,63 tonne de matière sèche par acre pour la troisième coupe.

Figure 4. % de rendement annuel x coupe, Lake City, MSU, sommaire rendement luzerne 2015-2017.

Lorsque l’on compare le pourcentage du rendement annuel total par coupe de luzerne à la station de recherche de Chatham dans la péninsule supérieure (figure 5), les rendements (n = 9) sont basés sur des systèmes à trois coupes. Les rendements moyens sont de 59 % et 1,85 tonne de matière sèche par acre pour la première coupe ; 29 % et 0,90 tonne de matière sèche par acre pour la deuxième coupe ; et 12 % et 0,36 tonne de matière sèche par acre pour la troisième coupe.

Figure 5. % de rendement annuel x coupe, Chatham, MSU, sommaire rendement luzerne 2015-2017.

Les différences en pourcentage du rendement total entre les coupes sont plus dramatiques à mesure que le nombre de coupes par année diminue de quatre à trois.

En résumé, si les producteurs récoltent leur première coupe de luzerne pour la qualité, rappelez-vous que le rendement le plus important de la saison provient historiquement de la première coupe. Par conséquent, surveillez de près la croissance des cultures car la température et l'humidité peuvent affecter rapidement la maturité des plantes (voir les figures 3, 4 et 5).

Référence: Michigan State University Extension,

*Texte réalisé en collaboration avec le Conseil québécois des plantes fourragères. Les propos exprimés dans le texte relèvent toutefois de l’auteur et n’engagent pas le CQPF.

à propos de l'auteur

Commentaires