Un peu plus de la moitié du maïs récolté au Québec

Québec autorise aussi un épandage hors saison en décembre 2019 en raison des conditions exceptionnelles.

Le dernier rapport sur l’état des cultures de la Financière agricole confirme le retard important de la récolte de maïs-grain. En date du 26 novembre, 56% de la récolte était complétée dans la province. Habituellement, les récoltes sont terminées en quasi totalité à ce moment de l’année.

En parallèle, le ministère de l’Environnement permet de “manière exceptionnelle et sous des conditions strictes, de procéder à un épandage hors saison en décembre”, pour les agriculteurs qui craignent un débordement de leurs fosses d’ici au printemps prochain. L’opération devra être de plus supervisée par un agronome.

Articles connexes

Les retards les plus importants se situent dans les régions de Laurentides-Laval (25%) et l’Outaouais (35%). La moyenne des progrès se situe entre 50 et 60% pour la Montérégie et le sud du Québec mais la situation s’améliore dès que l’on quitte la vallée du Saint-Laurent. L’Estrie et la région de Québec s’en tire avec un avancement des travaux au-delà de 60% et plus on se dirige vers l’est, plus la situation s’améliore. À noter par contre que l’Abitibi-Témiscamingue affiche avoir terminé 25% de ses récoltes.

La récolte de soya reste aussi à être complétée. La Financière agricole indique que 93% des champs étaient récoltés à la fin du mois. Laurentide-Laval (85%) fait partie des régions affectées par un retard, tout comme la Capitale-Nationale et Chaudière-Appalaches (90%).

Les avis de dommages sont en hausse à 4 783 signalements et visent principalement les céréales, le maïs-grain et les protéagineuses (3 361) et la sauvagine (357), comparativement à 4 458 l’an dernier à la même période. Les avis pour les maraîchers ont augmenté légèrement.

Plusieurs producteurs ont profité du beau temps du dernier week-end pour progresser dans la récolte, surtout que l’approvisionnement en propane s’ est amélioré après la grève  de huit jours au CN qui a créé une pénurie du carburant dans la province.

C’est ce que confirme Annie Desrosiers, agronome sur la rive-nord pour Pioneer. Selon les échos sur le terrain, les travaux ont avancé à vitesse grand V grâce à la fenêtre de beau temps. Elle estime que 95% de la récolte de maïs grain est terminée en ce 3 décembre. La rive nord a aussi connu de la verse, que ce soit par la chrysomèle ou les grands vents de l’Halloween. “Certains me disent qu’ils terminent à la même date que d’habitude mais ce qui est particulier cette année, c’est le pourcentage et le gros volume de maïs encore dans les champs.” Les conditions ont été extrêmement difficiles et certains producteurs attendront au printemps pour récolter le maïs humide. C’est sans compter que certains producteurs n’ont pas encore été approvisionné en propane et attendent toujours pour battre. Les plus chanceux en auront encore pour plusieurs jours de séchage avant de mettre un point final à la saison 2019, une date que plusieurs ont l’intention de souligner, souligne Mme Desrosiers.

Aux États-Unis, la récolte a ralenti à plusieurs endroits à la suite de la tempête de neige qui a balayé plusieurs régions au nord du pays. Elle serait complétée à 89% alors que la moyenne sur cinq ans est de 98%. Le département américain de l’Agriculture a d’ailleurs indiqué qu’il continuerait à émettre des rapports jusqu’au 9 décembre et au-delà si nécessaire. Il s’agit d’une situation rarissime puisque les récoltes sont habituellement complétées en décembre et elle reflète la nature exceptionnelle de l’année 2019 du point de vue des cultures.

Le gouvernement américain a par ailleurs émis le dernier rapport sur l’état de sécheresse en Amérique du Nord. Plusieurs régions sont affectées par du temps sec à court et long terme. C’est le cas de la péninsule gaspésienne au Québec et des régions plus au nord. Le temps anormalement sec touche aussi l’Ontario et les Prairies, en plus du nord de la Colombie-Britannique.

 

Image

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires