À 60 ans, le producteur d’herbe Brian Maloney cherche toujours à apprendre

Lui et sa conjointe Lise Villeneuve reviennent d'un voyage de formation en Californie

Interviewé sur son voyage en Californie, le producteur Brian Maloney de la ferme Brylee en Outaouais s’enflamme. « C’est tellement impressionnant! » dit-il. Lui et sa conjointe Lise Villeneuve ont participé du 3 au 5 avril 2019 à l’événement annuel The Grassfed Exchange qui a lieu dans un état américain et une période différents chaque année. Pour y participer cette année, Brian et Lise ont repoussé leur période d’agnelage d’une dizaine de jours. La ferme Brylee produit des bovins et des agneaux au pâturage.

De retour de là-bas, le couple a des projets pour pousser encore plus loin le principe de l’agriculture régénérative dont parlait cette conférence et qui inspire leur gestion d’entreprise.

500 personnes venus de différents pays ont participé au Grassfed Exchange qui a eu lieu du 3 au 5 avril 2019 en Californie.
photo: Ferme Brylee - Facebook

La Californie

« La Californie, j’ai jamais pensé que c’était une région aussi vaste », dit-il. Il a cependant constaté que l’état n’offre pas que des avantages au niveau de l’agriculture. La saison de croissance s’étend de l’automne au printemps. Après, c’est la sécheresse. Brian Maloney compare cela à nos hivers pendant lesquels il ne pousse rien.

L’événement regroupait 500 personnes venant de différents pays autour de l’alimentation à l’herbe, au pâturage. Les participants étaient autant intéressés par la production bovine que laitière. L’événement avait lieu dans le nord de la Californie, à Santa Rosa.

La région regroupe surtout des producteurs professionnels et laitiers. « Dans Marin County, un comté voisin de Sonoma où nous étions, 90% des producteurs laitiers sont bio », explique Brian Maloney. Ce sont des producteurs qui misent sur les pâturages. « Et à côté, on avait des vignobles qui utilisent plein de pesticides. Le contraste est tellement grand », ajoute-t-il.

La saison de pâturage en Californie dure d’octobre à avril.
photo: Ferme Brylee - Facebook

Profiter de nos avantages

Selon lui, il faut qu’au Québec, on apprenne à profiter de nos avantages. Nous avons assez d’eau pour faire pousser des pâturages. Il faut miser davantage sur ce qui est profitable pour l’entreprise. « Nous sommes en compétition avec ces producteurs-là », dit-il en parlant des producteurs californiens qui réussissent à produire pour moins cher. Selon lui, la clé est de moins miser sur les installations et davantages sur les ressources, comme les pâturages.

Projets pour son entreprise

La ferme Brylee mise sur les pâturages depuis plusieurs années déjà. La force des producteurs a toutefois été de constamment cherché à s’améliorer. Depuis quelques années, ils engageaient un consultant sud-africain, Ian Mitchell-Innes, et offraient une journée de formation aux producteurs de la province. Cette année, la formule sera revue.

Articles connexes

Bovins de race Charolais.

Brian Maloney fait une gestion intensive des pâturages dans laquelle un grand nombre d’animaux broutent une très petite parcelle d’herbe dans une courte période de temps, question de ne pas faire de surpaissance.

Brian Maloney aime bien le terme « agriculture régénérative » pour décrire cette technique puisque cela permet de rebâtir le sol. Et ça fonctionne. L’été dernier, ils ont engagé un biologiste qui a évalué les sols de leurs champs. Dans une parcelle, il y avait 21% de matière organique. La moyenne des parcelles était de 15%. « C’est presque incroyable, dit-il. C’est juste une bonne gestion des pâturages qui a fait ça. » Il ajoute que ce type de gestion permet de capter davantage de CO2 que la forêt.

« C’est une excellente façon de faire la mise en marché de nos produits », ajoute-t-il. Car voilà le projet que Lise et Brian veulent développer avec l’aide de deux de leurs enfants. Leur fils Darragh et leur fille Kim se sont récemment montré intéressés par l’entreprise. Ce projet permettra de pousser un peu plus loin le principe de gestion hollistique. Dans ce concept, une entreprise agricole doit trouver l’équilibre entre les trois pilliers de l’entreprise : finances, ressources humaines et terres.

En mai prochain, le magazine Le Bulletin des agriculteurs vous présentera une autre entreprise bovine québécoise qui utilise cette façon de gérer les pâturages. À lire bientôt…

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires