À éviter à l’entrée en parc d’engraissement

À l’entrée en parquet d’engraissement, les veaux doivent obtenir les nutriments leur permettant de se maintenir en santé tout en obtenant une croissance raisonnable et économique. Plusieurs erreurs décrites dans les lignes qui suivent sont souvent commises à cette étape selon deux chercheurs de l’Université du Nouveau-Mexique.

L’alimentation
Une heure d’alimentation inconsistante : L’heure d’alimentation ne devrait pas varier de plus de 15 minutes d’une journée à l’autre.

Mangeoire trop haute : Les veaux doivent être en mesure d’atteindre facilement les aliments.

Des bovins en attente : L’attente de l’animal devant une mangeoire vide lui occasionne une dépense d’énergie qu’il doit assumer sans faire de gain.

Ne pas tenir compte des animaux éliminés de l’enclos : Il y a risque d’y avoir un surplus de ration dans la mangeoire.

Nutrition
Changer la formulation de la ration et la quantité servie dans une même journée : Lorsqu’il y a un changement de ration, la quantité servie ne doit pas changer.

Ne pas vérifier régulièrement l’humidité des rations : Les aliments humides peuvent varier en humidité et influencer l’énergie consommée.

Alimenter les veaux avec des aliments inhabituels : Il ne faut pas servir d’ensilages, s’ils n’en ont jamais consommés.

Ne pas servir suffisamment de fibre dans la ration : La fibre ne doit pas être coupée trop longue, sinon elle sera triée par les veaux.

Ne pas faire attention au traitement des grains lors de l’équilibre des rations : Un blé moulu finement se digère rapidement et peut causer de l’acidose du rumen.

Trop d’amidon dans la ration : L’utilisation de sous-produits ne contenant pas d’amidon (gros gluten de maïs) permet de remplacer une partie des grains, sans diminuer l’énergie de la ration.

Forme de fibre inadéquate : Le foin de graminée est à privilégier. L’ensilage de graminée peut aussi être utilisé, s’il est connu des veaux.

Ne pas servir une ration mélangée : La ration devrait toujours être mélangée pour éviter le tri.

Ration trop riche en urée : Servir moins de 1 % d’urée dans la ration de départ. Les veaux prennent deux semaines à s’adapter à l’urée.

Ne pas tenir compte des sources de gras : Si des gras sont introduits dans la ration de départ, il faut tenir compte de leur variabilité en énergie.

Ne pas fournir suffisamment de minéraux : Les minéraux majeurs sont importants, les minéraux traces doivent être augmentés à 150 % des besoins et la vitamine E à un minimum de 400 UI.

Le stress
Recevoir les veaux dans un espace bruyant : L’enclos d’arrivée ne doit pas être localisé tout près des enclos de départ.

Mélanger des veaux de différentes provenances (du pâturage, sevrés ou non, castrés ou non, petits ou gros) : Le tri des veaux est important, car la gestion des lots est différente pour faciliter l’adaptation des animaux.

Ne pas laisser de temps de repos aux veaux : Après un transport et des transitions perturbantes, ils ont besoin de repos.

Hôpital
Manque d’espace au point d’eau dans le parc-hôpital : Un manque de place au point d’eau crée de la compétition et hypothèque les chances de guérison.

Les sur ou sous-alimenter ou ne pas nettoyer les mangeoires : Nettoyer les mangeoires régulièrement pour enlever les aliments moisis et alimenter les animaux selon leurs besoins.

Source : Geni Wren magazine

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires