Ligne de temps

Détecter l’acidose ruminale par une analyse de lait

Un test simple, basé sur le profil en acides gras du lait, pourrait bientôt identifier les vaches qui risquent de subir un épisode d’acidose ruminale.

L’acidose ruminale est une maladie silencieuse souvent difficile à diagnostiquer. La régie intensive des troupeaux laitiers s’accompagne d’une hausse des épisodes, notamment chez les vaches hautes productrices et celles en début de lactation. Les conséquences sont considérables sur la santé de l’animal, mais également sur les finances de l’entreprise. Voilà une bonne raison de s’en préoccuper.

À la chaire de recherche industrielle sur les composants du lait mise sur pied par Novalait à l’Université Laval, des chercheurs ont découvert que le profil en acides gras du lait peut nous renseigner sur ce qui se passe dans le rumen de la vache. En particulier, il révèle la baisse de pH qui survient lors d’une acidose. Le profil est établi par chromatographie, base essentielle pour un diagnostic fiable. Il s’agit d’un test complexe et trop coûteux pour être utilisé dans un contexte commercial. Comment le rendre accessible sur les fermes?

Agrinova, partenaire de transfert
Le centre collégial de transfert de technologique en agriculture Agrinova tente actuellement de développer un outil diagnostic basé sur le profil en acides gras du lait à l’aide de données de fermes. Le projet, également soutenu par Novalait, utilise les connaissances développées dans les travaux antérieurs.

Pour ce faire, 3000 échantillons de lait seront analysés en spectroscopie infrarouge pour définir leur profil en acides gras. Une portion sera contrevalidée par chromatographie dans les laboratoires de l’Université Laval. Les données seront ensuite comparées aux mesures de pH ruminal obtenues à l’aide de bolus smaXtec, petits dispositifs introduits dans le système digestif de l’animal. « Le bolus lecteur de pH est un outil utile, mais très coûteux. Agrinova et ses collaborateurs souhaitent trouver une alternative accessible pour les fermes laitières québécoises », mentionne Stéphanie Claveau, chargée de projet en RD au centre.

Valacta, expert en analyse du lait
C’est le centre d’expertise en production laitière Valacta qui procédera aux analyses par spectroscopie. Les avancées continuelles dans ce domaine combinées au travail soutenu de Valacta permettent de déterminer le profil en acides gras d’un échantillon de lait en quelques secondes et à une fraction du prix des analyses conventionnelles. « Mesurer ce qu’on ne peut pas voir à l’œil nu pour savoir comment se portent les vaches de notre troupeau est un élément clé de la prévention », estime Débora Santschi, experte en nutrition et gestion chez Valacta.

Pour prévenir l’acidose ruminale, on peut appliquer ces bonnes pratiques.
-Assurer une bonne transition entre les différentes rations, notamment autour de la période du vêlage.
-Augmenter graduellement le niveau de concentrés dans la ration en début de lactation.
-Éviter de remuer trop longtemps ou finement la RTM afin de ne pas diminuer la NDFe.
-Limiter le tri.

-Veiller à ce que le fourrage et l’ensilage soient hachés à la bonne longueur.

Malgré une bonne régie, la maladie peut survenir. Quand elle est diagnostiquée plusieurs semaines, voire plusieurs mois après son apparition, le mal est déjà fait. C’est pourquoi il est primordial de se doter d’un test qui détecte hâtivement ce trouble.

Si les résultats de ce projet sont concluants, le test sera offert par Valacta et pourra être intégré dans la régie du troupeau. Les producteurs disposeront d’un nouvel outil pour surveiller l’apparition de l’acidose ruminale à partir de leur analyse de lait.

Article en collaboration avec Novalait.

à propos de l'auteur

La référence en nouvelles technologies agricoles au Québec.

Fondé en 1918, Le Bulletin des agriculteurs traite des tendances, des innovations et des dernières avancées en matière de cultures, d’élevages et de machinisme agricole dans le but de faire prospérer les entreprises agricoles d’ici.  

Commentaires