Plateau dans l’éradication du SRRP dans le Sud-Ouest du Québec

Le Réseau Santé Sud-Ouest fait son bilan annuel

Les premières années après la mise en place du Réseau Santé Sud-Ouest (RSSO) en production porcine étaient très encourageantes. Le bilan de cette année démontre l’atteinte d’un plateau dans l’objectif visé. L’équipe responsable cherche des solutions.

Mis en place en janvier 2015, le RSSO avait comme objectif de réduire la présence et l’impact du virus du SRRP dans le territoire qui couvre la Montérégie, une partie du Centre-du-Québec et une partie de l’Estrie. Le Réseau regroupe 835 sites sur les 1130 sites de la région.

« L’an dernier a été une année record; il y a eu très peu de contamination », a expliqué le vétérinaire François Cardinal, vice-président du comité de gestion du Réseau lors de la rencontre du 11 février 2020. « Cette année, ça s’annonce une année moyenne. »

L’équipe veut comprendre pourquoi, après des améliorations constantes chaque année, le Réseau atteint un plateau. « Il faut continuer la biosécurité », dit le vétérinaire Martin Choinière qui a fait la présentation avec François Cardinal.

Voici quelques constats :

– La densité porcine environnant les sites avec des truies semble un facteur important pour le risque de contamination.

– Le placement stratégique de porcelets est à maximiser afin de protéger les truies.

– Il faut quantifier le statut des sites en plus du nombre de ceux-ci.

– Certains types de sites sont plus à risques que d’autres.

– Les maternités ne sont pas les seuls réservoirs et déssiminateurs du virus du SRRP. Une pouponnière en rotation peut avoir plus d’impact qu’une maternité.

Voici quelques stratégies pour la prochaine année :

– Les sites les plus à risque (38 sites) seront échantillonnés deux fois par année (février et novembre).

– Un projet de mini zone dans un nombre restreint de municipalité visera à éradiquer cette mini zone de SRRP de champs.

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires