Produits laitiers : une analyse dit que le président américain va trop loin

Selon le président les États-Unis, Donald Trump, les États-Unis sont des héros du libre-échange et ils sont abusés par les protectionnistes comme le Canada. En particulier avec les restrictions canadiennes sur les importations des produits laitiers, le président des États-Unis a présenté les producteurs laitiers américains comme les victimes des règles canadiennes scandaleuses visant à protéger ses agriculteurs.

C’est une chose que l’analyse Al Mussel, de l’entreprise Agrifood Economic Systems, souhaite dissiper.  « Cette idée selon laquelle nous sommes les méchants protectionnistes et que les États-Unis sont des victimes, franchement, c’est risible », affirme Al Mussell.

« À toutes fins utiles, les États-Unis sont un marché fermé », dit-il.  En dehors de l’image que Donald Trump dépeint et que la plupart des Américains pensent, le système laitier américain est soutenu par de nombreux tarifs et contrôles qui bloquent efficacement la plupart des importations. Aux États-Unis, seule une petite quantité de fromage peut être importée, avec toujours un droit de douane de 12%, avant qu’une batterie de coûts et de contrôles ne soit imposée.

Le Canada ne facture qu’un tarif de 1% dans la même catégorie. Une fois que la quantité limitée de fromage à tarif réduit a été importée par l’un ou l’autre pays, des tarifs et des restrictions élevés sont appliqués.

Le Canada est facile à voir, avec des taux de 245% pour certains fromages. Les tarifs et les contrôles américains sont plus difficiles à voir en raison de leur complexité, mais l’analyse indique que dans un « cas extrême », les tarifs américains peuvent être de 281%. « C’est assez transparent », a déclaré Al Mussell à propos du mur tarifaire canadien. « Vous pouvez voir comment cela fonctionne. Lorsque vous arrivez aux États-Unis… vous êtes dans un tout nouveau monde. »

Le Canada permet presque le double du taux des importations à faible tarif que les États-Unis autorisent et sont un importateur net.

L’étude ne constitue pas une défense du système de gestion de l’offre du Canada, mais plutôt un document de référence au sujet de l’industrie américaine et de la façon dont le gouvernement américain l’a présenté de façon quelque peu plus vertueuse. « L’étendue de la protection des produits laitiers est très similaire dans les deux pays », conclut l’analyse.

Source : Farmtario

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires