Une tendance forte

Au début de 2013, le cheptel américain ne comptait pas plus de têtes qu’en 1941, relate le site internet Agrimoney.com.

La sécheresse qui a frappé le Texas ce printemps et au début de cet été confirmera la tendance. Le Texas est le principal État producteur de bœufs et 85 % de sa superficie a été affecté par le manque de pluie et les températures anormalement élevées. Depuis deux ans, on compte un million de têtes de bétail en moins dans cet État.

Le cheptel américain est évalué à 89 millions de têtes.

Entre avril et mai de cette année, 10% plus de bêtes que l’année dernière au cours de la même période ont été abattues. C’est donc dire que la tendance se maintient.

Elle s’explique notamment par le coût élevé des grains et par conséquent de la diminution des marges de profit des éleveurs. Les sécheresses, mais également l’influence de la demande en maïs pour alimenter les usines d’éthanol contribuent à cette situation. Les Américains sont également plus nombreux à opter pour la viande de volaille.

 

à propos de l'auteur

Articles récents de Isabelle Bérubé

Commentaires