Andainer les résidus de maïs

En plus des grains, la culture du maïs produit une importante masse de matière organique sous forme de tiges, de feuilles et de coeurs d’épis. Cette matière est habituellement toute retournée au sol.

Plusieurs études ont démontré qu’une partie de cette biomasse peut être récoltée sans réduire la fertilité ou la santé du sol. Pour les éleveurs, les résidus peuvent être une source de fibre pour les rations des bovins.

Les résidus seront aussi une excellente source d’approvisionnement pour les usines d’éthanol de seconde génération qui commencent à voir le jour. Celles-ci utiliseront la cellulose des résidus à la place de l’amidon du grain pour fabriquer le précieux combustible, avec une efficacité beaucoup plus grande, sans affecter l’approvisionnement de nourriture.

Depuis quelques années, différents fabricants de machinerie agricole développent des solutions pour la récolte de ce sous-produit. La majorité des systèmes se composent d’une presse ou d’une benne spécialisée tirée par la moissonneuse-batteuse, qui y déverse la récolte directement. Une autre méthode consiste à hacher les résidus, puis les andainer à l’aide d’un râteau à foin, puis les presser.

Une nouvelle approche a été récompensée ce mois-ci du titre AE50, un prix remis par l’American Society of Agricultural and Biological Engineers pour les 50 produits les plus innovants de l’année 2011. Le Cornrower est un andaineur de résidus, comme son nom l’indique, qui s’installe directement sur le tablier de récolte de la moissonneuse-batteuse. Le tablier doit être un modèle à hacheur qui déchiquette les résidus après avoir retiré l’épi. L’accessoire s’installe derrière le tablier. Ses deux convoyeurs transportent le matériel au centre, entre les roues de la batteuse dans un andain uniforme.

Les avantages de cette invention brevetée sont multiples. Les résidus n’ont pas besoin d’être raclés et ils ne sont donc pas contaminés par de la terre. Les pertes sont beaucoup moins grandes aussi et il est possible de mieux contrôler ce qui est récolté et ce qui est laissé au champ. Les coeurs et les feuilles d’épis, les parties les plus intéressantes, sont déposés sur l’andain à l’arrière du système de battage de la batteuse. Le fait d’hacher les résidus accélère leur séchage et permet de faire des balles plus denses. Et finalement, le système est très peu gourmand en puissance et ne ralenti pas les opérations de récolte.

Le Cornrower a été développé par James E. Straeter, propriétaire d’une concession NewHolland en Indiana. Cinq années de développement ont été nécessaires pour obtenir un produit commercialisable. La première production limitée a débuté en 2011.

La brochure du Cornrower (PDF)

Le Cornrower en vidéos :

 

 

à propos de l'auteur

La référence en nouvelles technologies agricoles au Québec.

Le Bulletin des agriculteurs

Fondé en 1918, Le Bulletin des agriculteurs traite des tendances, des innovations et des dernières avancées en matière de cultures, d’élevages et de machinisme agricole dans le but de faire prospérer les entreprises agricoles d’ici.  

Articles récents de Le Bulletin des agriculteurs

Commentaires